Voici ce que le RPG dit à propos du 3è mandat

 La destitution de Kélèfa Sall aujourd’hui perçue comme la disponibilité d’un boulevard pour accéder à une modification de la Constitution fait réagir le RPG, par la voix la plus autorisée. Il s’agit de Damaro Camara.

Extrait : « On est en train de mener une guerre pour des intentions prêtées. Donc, je vois ce que ça veut dire, mais je préfère me prononcer sur la Loi et non sur les intentions.  Ensuite, il faut que l’ont soit clair. La Constitution actuelle dit clairement que le Président de la République a le droit de proposer une nouvelle Constitution au peuple de Guinée, soumis d’abord à l’Assemblée, ensuite par référendum. On ne peut pas avoir une Constitution en dehors de ça. Le peuple est le seul détenteur de sa Constitution, il est le seul à vouloir en faire ce qu’il voudra. Je crois que le combat doit être est-ce que le peuple a été consulté ? Est-ce que le peuple sera consulté ? C’est ça le vrai débat. »

Il y a quelques jours, la sortie de l’actuel Président-frondeur de la Cour a été plutôt évasif sur la 3è mandat  « J’avoue que la crise, pour moi, est considérée comme étant passée, nous nous projetons sur l’avenir. Vous avez constaté que la Cour est restée dynamique, sereine, avec les règles la régissant. Depuis le début de cette crise, on ne s’est pas exprimés même une seule fois sur la place publique parce qu’on a l’obligation de réserve. Donc, nous avons assumé nos responsabilités conformément aux textes régissant la Cour Constitutionnelle. A partir d’aujourd’hui, il faut parler maintenant de l’avenir. »

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.