Procès de Boubacar ‘’Grenade’’ : le mis en cause nie les faits

Poursuivi pour tentative de meurtre et détention illégale d’armes de guerre, Boubacar Diallo, alias ‘’Grenade’’, était à la barre ce lundi au tribunal de première instance de Dixinn.

Après plusieurs mois de détention, son procès a démarré dans un contexte  sociopolitique tendu entre pouvoir et opposition.

Devant le juge, le prévenu nie les faits qui lui sont reprochés. Pour Boubacar Diallo ‘’Grenade’’, la photo qui a circulé sur la toile lui montrant porter une arme est un pur montage des agents de la gendarmerie nationale.

« On m’a forcé de reconnaître une arme. J’ai dit que c’est à eux de reconnaître cette arme… Je n’ai jamais détenu une arme. On m’a remis cette arme à la gendarmerie. J’entends le nom de PMAK, je n’y ai jamais touché », a affirmé Boubacar Diallo « Grenade » au cours de l’audience.

Ajoutant que : « Le jour qu’on m’a transféré, on m’a fait rentrer dans le bureau du procureur Siddy Souleymane. Sans chercher à savoir si je suis coupable ou pas, il a déclaré que ce sont ces dossiers pareils qu’il cherche avant de dire que : tout ce qu’il me demande, c’est de dire la vérité. C’est ce jour je me suis rendu compte que je suis foutu », a révélé le prévenu.

Pour son avocat, c’est un « dossier monté »  de toutes pièces par le parti présidentiel, qui le soupçonne d’être un proche de l’UFDG. Me Béavogui estime que c’est le refus de son client d’adhérer au RPG qui lui a valu ces accusations :

« C’est votre refus d’adhérer au RPG Arc-en-ciel comme Konrbonya Baldé et Intello, qui vous a valu des problèmes », estime –t-il .

Après les débats, l’audience est renvoyée au mardi 12 février prochain.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.