Nouvelle CENI : l’arbitrage de Boureima sollicité ?

Sydia Touré et Dalein Diallo ne parviennent pas à se départager. Au cœur de la polémique, le partage des 7 commissaires devant siéger à la CENI, nouvelle version. Chacun a fait des propositions mais personne n’est d’accord avec l’autre. Le 3è larron qu’est le PEDN est quant à lui prêt à accepter son unique commissaire, pendant que les autres qui écument l’UFDG ne savent plus à quoi s’en tenir au moment où le RPG a trouvé le juste milieu. Dans les prochains 45 jours, l’opposition devrait pouvoir en finir avec les querelles internes.

Le jeudi, Dalein Diallo est allé presque au clash : « Nous allons répondre au ministre de l’Administration du territoire qui est le ministre en charge des partis politiques, qui a les résultats et qui a la loi. C’est très simple c’est d’appliquer la loi. »

Et Dalein de rappeler : « L’UFDG, l’UFR et le PEDN, nous avons invité ces partis à venir pour essayer de voir comment on applique la nouvelle loi sur la CENI. L’UFR a répondu, le PEDN a répondu. Une première discussion, on s’est pas mis d’accord sur les quotas à attribuer pour chaque parti. On a dit c’est au prorata des résultats obtenus lors des élections nationales, la présidentielle et les législatives. »

Ce vendredi, Sydia Touré organise une rencontre avec les journalistes pour dénoncer la démarche de l’UFDG et de renouveler sa position, celle d’exiger et de trouver deux représentants à la CENI, contrairement à ce qui avait été dit avec l’UFDG.

Boureima Condé pourrait donc intervenir pour départager les deux anciens alliés. Ce clash risque de laisser un précédent dans les prochaines joutes électorales. Au niveau du RPG, on applaudira certainement cette difficile cohabitation.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.