Grève : Le SLECG durcit le ton, le gouvernement ne bouge pas, l’ONU s’inquiète !

Face à la crise qui mine le secteur de l’éducation depuis plus de deux mois, le Syndicat Libre des Enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) durcit le ton et appelle à la solidarité des écoles privées, afin d’accentuer la pression sur le gouvernement, qui reste toujours droit dans bottes.

Interrogé ce matin par nos confrères d’Espace fm, sur la stratégie du gouvernement qui consiste à étouffer le mouvement de grève, Aboubacar Soumah ne s’avoue pas vaincu. Le Secrétaire général du SLECG, qui parle déjà d’une année blanche si jamais le gouvernement ne fléchit pas dans quelques semaines, s’en est pris ouvertement aux hommes des médias.

« Le gouvernement a déclenché une guerre médiatique contre nous pour déstabiliser le mouvement. Malgré cette attitude irresponsable du pouvoir, les enseignants sont déterminés. C’est le même engagement. Nous n’avons pas baissé les bras. La lutte continue ! La grève continue ! Ceux qui disent que nous sommes fatigués, se trompent. Nous sommes déterminés plus que jamais. », a-t-il laissé entendre au cours de l’émission ‘’les Grandes Gueules’’ :

Il a ensuite suggéré à nos confrères de descendre sur le terrain pour constater la réalité sur la présence effective des enseignants et des élèves :

« Appelez à N’Zérékoré et demandez, si les enseignants sont dans les classes. Descendez et faites le tour des écoles à Kaloum, dans les communes de la capitale et vous verrez si les enseignants sont essoufflés! C’est faux ! Les écoles sont toujours vides. Pas d’élèves, pas d’enseignants ! Allez faire les statistiques pour connaitre le nombre d’enseignants présents dans les salles de classes ! C’est une guerre médiatique contre nous. », a fait remarquer le désormais Secrétaire général Adjoint de l’USTG.

Malgré les multiples appels des acteurs politiques et sociaux, le gouvernement reste droit dans ses bottes et fait la sourde oreille. Le Premier ministre Kassory Fofana, a déjà fait savoir qu’il était impossible de satisfaire la revendication salariale des enseignants, ni en 2018 encore moins en 2019, qui demandent un salaire de base à 8 millions de francs guinéens, mais désormais négociables.

Déjà, Dr Faya Millimono du Bloc Libéral et un groupe de jeunes ont déjà entamé une grève de la faim, depuis jeudi pour exiger le retour des élèves et des enseignants en classe. Bien qu’empêché de s’installer sur l’esplanade du stade du 28 septembre, cette grève de la faim prendra fin le samedi 08 décembre prochain.

Devant cette situation de crise qui perdure, l’ONU et les différents partenaires de la Guinée expriment des inquiétudes. En conférence de presse mercredi, en prélude de la commémoration du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Délégation de l’Union européenne en Guinée, exprime sa vive préoccupation.

Pour le représentant du Haut-Commissariat des droits de l’Homme en Guinée,  « Pour détruire une nation, on n’a pas forcément besoin d’une armée. Il faut simplement détruire l’éducation. Les Nations Unies comme les autres partenaires de la Guinée vont exprimer leurs préoccupations non seulement aux autorités, mais aussi à la classe politique pour ce qui est de la crise dans le secteur éducatif », a-t-il déclaré devant les hommes des médias.

D’après lui, les enfants sont pris au piège et ne font partie de tout ce qui divise ou de tout ce qui peut unir. « Notre message, c’est toujours celui de la considération pour le droit  à l’éducation. », a-t-il Patrice Vahard

Avant de rappeler que : « Le respect du droit à l’éducation ne doit pas faire l’objet d’une compromission… ce n’est pas la première crise, et ce n’est peut-être pas la dernière…. Je pense que je sais pouvoir compter sur la sagesse, la paternité et la maternité des uns et des autres. C’est pour que l’éducation ne soit pas sacrifiée sous l’autel des discussions politiques » a-t-il lancé aux différentes parties prenantes.

Jusqu’où cette grève va-t-elle nous amener ?

Les jours qui suivent nous édifieront !

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.