Violation des lois: Faya et Tibou sur la même longueur d’onde

Compromission, deal, entende secrète, etc. les mots auront manqué aux autres observateurs et leaders politiques pour qualifier l’issue négociée, communément appelée accords, après une longue période de crise post-électorale. Pourtant, opposition, gouvernement et mouvance ainsi que la Société civile (Dansa Kourouma) se félicitent de la fin de la crise. D’ailleurs, l’opposant Faya Milimono et Tibou Kamara sont restés sur la même longueur d’onde.

Pour le président du BL, Faya Milimono, «Cet accord n’est pas parfait, nous le reconnaissons. L’idéal dans notre pays serait que chacun se conforme à la loi. Mais, si à une étape du processus tout le monde a été unanime à reconnaitre que les élections ne se sont pas très bien déroulées,  que la loi a été violée à plusieurs niveaux (…), il fallait qu’on ramène tout le monde dans la loi à travers un accord. » Et d’ajouter dans la presse locale : « Ce qui s’est passé à mon avis permet effectivement aux différents acteurs de revenir dans le cadre de la loi et de choisir les exécutifs tout en installant nos conseillers. »

Pour sa part, Tibou Kamara abonde dans le même sens chez nos confrères de Guinée7 : « La loi n’a pas été violée. C’est une mauvaise interprétation des accords. Les deux partis ont décidé de faire des concessions. Ce qui signifie qu’à Dubréka l’UFDG ne va pas présenter de candidat pour la tête de l’exécutif et à Kindia, le RPG en fera de même en faveur de l’UFDG. » Le reste, on verra bien.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.