Dernières infos

Valorisation des primes dans les Universités : d’où est parti le déclic ?

Valorisation des primes dans les Universités : d’où est parti le déclic ?

C’est manifestement une revalorisation qui donne de l’eau dans la bouche des enseignants, chercheurs et l’ensemble des professeurs d’Universités publiques. Depuis cette annonce, on ne fait que parler d’elle. Mais, d’où est partie cette soudaine mesure ?

Certains voient la bonne volonté d’Alpha Condé qui ne cesse de parler de réforme du système éducatif national, d’autres estiment que le diagnostic posé par Bano Barry n’a pas laissé le président de la République indifférent. Le tableau est noir. Le défi énorme. Il a fini par lâcher du lest et les départements du Budget, des Finances et de l’Enseignement supérieur se sont mis en branle.

Il y a quelques jours en effet, Bano Barry déclarait : « Le personnel externe des Ministères et des entreprises privées qui a accumulé de l’expérience est peu utilisé par les structures de formation. Lorsque des jeunes diplômés de 2ème et de 3ème cycle rentrent de l’étranger, ils préfèrent aller dans le secteur privé, plus rémunérateur et dans l’administration publique ou les opportunités sont sans commune mesure avec le salaire de l’enseignant. Car la fonction d’enseignant-chercheur est loin d’être attractive. »

Et d’ajouter que le plan de carrière n’est pas stimulant et les perspectives de promotion sont limitées avec un système de promotion qui impose plus de 10 ans à un jeune titulaire de doctorat pour accéder au grade de professeur. Pourtant, insiste-t-il, il y a un besoin urgent de renouvellement du corps professionnel pour faire face aux départs massifs à la retraite, à l’expansion du système et aux exigences du système LMD.

Des sources concordantes proches de la Présidence de la République font donc état d’une pression douce menée par Bano Barry auprès d’Alpha Condé afin que celui-ci délie le cordon de la bourse pour les professeurs d’Université. Cette mesure crée pour autant, apprend-t-on des mécontents au niveau du Pré universitaire. Ça peut se gérer, glisse un cadre du Cabinet de K au carré. Soit !

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

About The Author

Related posts