Un grand ouf de soulagement pour le Brésil

Après son match nul contre la Suisse, le Brésil a également peiné face au Costa Rica, ne parvenant à trouver la faille que dans les dernières secondes grâce à Phillippe Coutinho (90e, 1-0) et Neymar (90e+6, 2-0). La partie a également été marquée par un penalty sifflé pour Neymar, finalement annulé après l’interventon du VAR. Annoncés comme les grands favoris de la compétition, les Auriverdes sont loin d’impressionner jusqu’à présent, même si cette victoire les place en position idéale pour une qualification pour le second tour. Quel soulagement!

Le match

© reuters.
© photo news.
© photo news.

Que ce fut dur et pénible pour le Brésil! Comme face à la Suisse, les joueurs de Tite n’ont jamais été en mesure d’emballer la partie, en tout cas durant le premier acte. Sans rythme et sans inspiration face à une équipe du Costa Rica qui passait son temps à défendre, Neymar et ses coéquipiers ont longtemps été sans idée. Il leur a fallu la deuxième période pour réussir à emballer (un peu) la partie, mais la maladresse des attaquants ou les arrêts de Navas ont longtemps maintenu le Costa Rica dans la partie.

Ce n’est pas qu’à la 90e minute que Coutinho a (encore) surgi pour libérer toute une équipe et tout un peuple, en trompant enfin Navas. Dans la foulée, Neymar a inscrit son premier but du tournoi après 6 minutes de temps additionnel. Difficile de ne pas lire le soulagement sur les visages brésiliens après ce nouveau match très compliqué et cette victoire qui tient presque du miracle. Le Costa Rica, lui, est élimné.

© reuters.

L’homme du match

Keylor Navas

Le gardien du Real Madrid a vécu un match contrasté. D’abord étonnamment calme, puisqu’il n’a quasiment rien eu à faire durant la première période. Ensuite beaucoup plus animé, quand il a fallu repousser les assauts des Brésiliens devant son but. Celui qui s’était révélé aux yeux du monde entier il y a quatre ans avait visiblement à cœur de se montrer. D’autant que dans le camp d’en face, il y avait un certain Alisson Becker, qu’on annonce avec insistance du côté du… Real Madrid. On retiendra notamment un bel arrêt sur une reprise de Neymar. Dommage pour lui qu’il ait finalement dû s’incliner à deux reprises en toute fin de match, alors qu’il avait maintenu son équipe dans le math jusque-là.

© epa.

Le moment marquant

Le VAR annule un penalty de Neymar

A un bon quart d’heure du terme, alors que la nervosité commence à gagner les rangs brésiliens, Neymar est retenu dans la surface pour un très léger accrochage de Gonzalez dans le rectangle. Björn Kuipers, l’arbitre néerlandais de la partie, désigne immédiatement le point de penalty. Mais dans la foulée, l’homme en noir est rappelé par le VAR, qui l’invite à consulter les images. Elles sont en défaveur du numéro 10 du PSG, qui en rajoute des tonnes sur l’action. Logiquement, le penalty a été annulé.

© epa.

Le tweet

Le sélectionneur Tite a laissé éclater sa joie après le but de Coutinho, au point de tomber par terre. Quand on vous dit que le Brésil a eu très chaud…

La statistique
56

S’il n’a pas tout réussi, loin de là, et qu’il s’est distingué par son attitude théâtrale sur le penalty, Neymar a marqué son 56e but avec la sélection brésilienne face au Costa Rica. Il est désormais le troisième meilleur buteur de l’histoire de la Seleçao. Le joueur de 26 ans est bien parti pour battre tous les records: seul Pelé (77) et Ronaldo (62) ont fait mieux que lui.

© ap.

La question

A-t-on vu ce Brésil trop beau?

Sur ce qu’il a montré lors de ses deux premières sorties, le Brésil n’a rien de l’ogre annoncé. Présentée comme le grand favori de la compétition suite à une campagne qualificative impressionnante, la Seleçao s’est surtout montrée poussive, sans véritable imagination, face à des adversaires modestes. Comme d’autres sélections, le Brésil semble éprouver des difficultés face à un bloc bac. Le problème, c’est que l’équipe de Tite risque d’être attendue à chaque match, vu son statut. Et Coutinho ne pourra pas jouer les pompiers de service à chaque match. Plus que jamais, les Auriverde devront élever leur niveau de jeu s’ils veulent aller loin, ce qu’ils ont partiellement fait durant la seconde période face au Costa Rica. Mais ils sont très loin de faire honneur à leur statut, à l’image d’un Neymar encore moyen. Pour le moment?

© photo news.
© ap.
© photo news.
https://www.7sur7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.