Trump veut-il aussi retirer les Etats-Unis de l’OTAN ?

Le président américain Donald Trump veut rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine en juillet. C’est ce qu’ont rapporté des sources à la Maison Blanche. Trump a demandé à son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, de se rendre à Moscou pour organiser une telle réunion.

La réunion doit avoir lieu avant ou après le sommet de l’OTAN qui se tiendra à Bruxelles les 11 et 12 juillet. Le lendemain, Trump est attendu au Royaume-Uni, où il rencontrera la reine, mais aussi la Première ministre britannique Thérèse May. La nouvelle d’une rencontre prévue entre Trump et Poutine suscite la nervosité dans plusieurs capitales européennes.

La Grande-Bretagne et d’autres membres occidentaux de l’OTAN ont tenté d’isoler Poutine après l’annexion de la Crimée en 2014 et l’empoisonnement d’un ancien espion russe à Londres plus tôt cette année. Ce mois-ci, à la grande surprise de ses alliés occidentaux, Trump a exhorté  le G7 à permettre à la Russie de reprendre son siège au sein du club des plus grandes puissances industrialisées.

Poutine veut la fin de l’OTAN et de l’UE

Selon des spécialistes, le président russe Vladimir Poutine cherche à  saper l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et l’Union européenne . Cela aurait été la raison pour laquelle Poutine préférait voir Donald Trump devenir président des États-Unis. Il était connu que Trump ne portait pas particulièrement l’OTAN et l’Union européenne dans son cœur.

On craint donc que Trump annonce maintenant l’impensable : après le retrait de son pays de l’accord avec l’Iran, de l’accord sur le climat à Paris, du Conseil des droits de l’homme et du TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership), il pourrait maintenant décider de retirer son pays de l’OTAN.

Les États-Unis ne sont pas le banquier de l’Europe

Au cours de sa campagne électorale, Trump avait indiqué qu’il conditionnerait la coopération militaire aux efforts financiers fournis par les partenaires. Il n’est pas acceptable que la plupart des pays ne remplissent pas leurs obligations financières vis-à-vis de l’OTAN, selon Trump, qui a également qualifié le traité de “dépassé”.

L’argument de Trump semble avoir fait mouche, et les États membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ont augmenté leurs dépenses de défense de près de 5 % par rapport à l’année précédente. Selon le Secrétaire général de l’OTAN, M. Stoltenberg, huit États membres ont maintenant ramené leurs dépenses au niveau demandé – 2% du produit intérieur brut national. Mais un grand nombre d’États membres restent à la traîne, la Belgique (0,9%) étant l’un des pires cancres.

https://fr.express.live

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.