Trump accuse un candidat démocrate d’être un “voleur”

Donald Trump a traité lundi de “voleur” Andrew Gillum le candidat démocrate au poste de gouverneur de Floride, après avoir pourtant promis de modérer son discours à la suite d’une fusillade meurtrière dans une synagogue et de l’envoi de colis piégés à des personnalités démocrates.

© ap.
Un “homme éduqué à Harvard/Yale” contre un “voleur”, le maire de la capitale de Floride Tallahassee, “réputée être l’une des villes les plus corrompues du pays”: c’est ainsi que le président républicain a comparé, sur Twitter et sans preuve, le candidat, blanc, de son parti Ron DeSantis, à son opposant démocrate noir, Andrew Gillum. 

Les deux hommes sont au coude-à-coude pour ce poste à la tête de ce grand Etat du sud-est des Etats-Unis, qui joue souvent un rôle clé dans les élections présidentielles.

Ancien membre républicain de la Chambre des représentants, M. DeSantis, 40 ans, fait campagne sur un message résolument pro-Trump.

En face, M. Gillum, 39 ans, a attiré l’attention des médias nationaux et internationaux avec son programme progressiste pour tenter de devenir le premier gouverneur noir de Floride.

“Il hurle parce qu’il est faible”
Tallahassee, ville dont il est maire depuis 2014, fait bien l’objet d’une enquête de la police fédérale (FBI) sur des soupçons de corruption. Mais Andrew Gillum affirme qu’il n’est pas ciblé directement par ces investigations. Ce dernier a répondu lundi à Donald Trump sur Twitter. Le président républicain “hurle parce qu’il est faible”, a-t-il écrit avant d’appeler les habitants de Floride à voter dès aujourd’hui.

Les élections de mi-mandat ont lieu le 6 novembre mais plusieurs Etats comme la Floride autorisent le vote anticipé.

Allié avec Obama
M. Gillum avait annoncé plus tôt que l’ex-président démocrate Barack Obama ferait campagne avec lui vendredi à Miami.

Donald Trump a été à plusieurs reprises accusé de racisme, après avoir notamment longtemps contesté la nationalité américaine de Barack Obama, affirmé que les Mexicains entrant aux Etats-Unis étaient des “violeurs” ou semblé réticent à condamner clairement les militants xénophobes derrière les violences meurtrières à Charlottesville en 2017.

M. DeSantis avait été très critiqué en début de campagne lorsqu’il avait utilisé un verbe composé à partir du mot “singe” (“monkey this up”) pour désigner M. Gillum.

www.7/7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.