Dernières infos

Troc mines contre infrastructures : les Guinéens floués ?

Troc mines contre infrastructures : les Guinéens floués ?

Kassory Fofana et Abdoulaye Magassouba, le ministre des Mines parlent d’emprunts. Le Premier ministre, lui va dans le sens contraire en tranchant dans le vif : « Ce n’est pas de l’emprunt ». La polémique enfle et la confusion s’installe même au niveau du Parlement. Les réseaux sociaux explosent. MamadyYoula, Kassory et Magassouba mélangent les Guinéens. Ceux-ci sont dans les vagues.

Pourtant, Ibrahima Kassory Fofana, « En fait, les 20 milliards c’est juste les prêts dans le cadre du financement des infrastructures prioritaires de l’Etat guinéen. En plus de cela, il y a bien sûr des investissements directs dans les projets miniers qui font l’objet d’accords différents pour les projets qui sont ciblés à date. Ces accords ont déjà été signés : il s’agit entre autres de l’accord que nous avons singé il y a quelques semaines avec Chalco. Cet accord seul dans sa première phase d’exécution va porter plus de 500 millions de dollars d’investissement », rappelait le ministre des Mines dans une interview accordée à Guinée7.com, un site proche du gouvernement.

Un bémol : « Il y a certains bénéfices au niveau de la population. Ce n’est pas suffisant pour que les mines jouent véritablement leur rôle comme catalyseur de développement, il faut que les revenus miniers puissent nous permettre d’investir dans l’avenir, d’investir dans les infrastructures économiques de bases, d’investir dans les secteurs sociaux. » Comment se fait-il alors que Kassory dise que : « C’est beaucoup d’argent pour la Guinée, puisque ça représente le septième ou le huitième de notre PIB ; c’est beaucoup d’argent pour la Guinée parce qu’en termes d’endettement, ça représente plus de 50% de la dette publique. Mais c’est beaucoup d’opportunités pour la Guinée ; pour le professeur Alpha Condé d’atteindre son objectif d’une croissance économique à deux chiffres dès 2020. Parce que pour y arriver, on a besoin d’un investissement global privé et public d’un milliard et demi par an. Pour être honnête, ce n’est pas de l’optimisme que j’affiche, mais du réalisme économique en tant qu’économiste. »

Les Guinéens veulent une amélioration substantielle de leurs conditions de vie. Avancer des milliards USD et vanter les mérites d’Alpha Condé frise tout bonnement de la démagogie. IKF le sait bien : « On parle de ces montants, le Guinéen reste sceptique et il a raison ! Parce que cela ne se traduit pas dans l’amélioration de son quotidien. La seule manière de traduire cela dans l’amélioration de sa vie, est qu’il ait du travail. »

 

Les Guinéens sont floués.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

A propos de l'auteur

Articles similaires