Dernières infos

Tribunal de Première Instance de N’Zérékoré : 51 acquittements

Tribunal de Première Instance de N’Zérékoré : 51 acquittements

Le verdict du procès relatif à la protestation anti-Ebola qui avait caractérisé la ville de N’Zérékoré vient d’être prononcé par le Tribunal de première instance de la même ville. A l’arrivée, sur un total de 55 prévenus, 51 sont acquittés. Ce qui, en soi, est suffisamment illustratif du zèle et du laisser-aller auxquels se permettent les forces de l’ordre à l’occasion de ce genre de manifestations.

En effet, ce maigre résultat s’explique par le fait que la plupart des prévenus avaient, en réalité, été arrêtés alors qu’ils n’avaient rien à voir avec les faits mis en cause. Pendant les quatre jours d’audience qui ont précédé le verdict de lundi dernier, certains accusés ont même déclaré qu’ils avaient été réveillés pour se faire arrêter. Mais le travail de ces forces de l’ordre n’est pas le seul en cause.

La police judiciaire, elle-même, n’a pas été à la hauteur. Autrement, elle aurait pu, pendant la phase de l’instruction et sur la foi de la faiblesse des arguments en ce qui concerne certains accusés, ordonner leur libération. Malheureusement, elle a fermé les yeux et renvoyé quelques 55 personnes dont un enfant de moins de cinq ans devant le juge. Statuant et se rendant compte que les échelons précédents n’avaient pas correctement accompli leurs taches respectives, ce dernier n’a pas le choix. Il n’a condamné que quatre prévenus seulement. Et pour quelles peines ? Variant entre 1 et 2 mois de prison et à des amendes se situant entre 100 et 300.000 GNF.

Il faut tout de même préciser que 5 autres personnes, considérées comme avoir pris beaucoup plus responsables des infractions qui avaient été constatées à la faveur de cette manifestation, ont été condamnées par contumace à 5 ans de prison et à une amende de 5 millions de GNF, chacune.

Anna Diakité, www.kababachir.com

A propos de l'auteur

Articles similaires

  • Victoria Abbott

    Pour quoi les gens se battent-ils? Je pense, en fin de compte ils se battent pour la maladie, pour qu’est ce qu’elle est, d’où elle vient, qui est responsable d’elle. C’est complètement une autre chose que si les gens sont assis chez le docteur pour avaler tout. La confiance dans les médecins est détruite. – Voir aussi : http://spkpfh.de/Sida_SRAS_maintenant_ebola.htm