Dernières infos

Tribalisme en Guinée : Bah Oury est-il le mieux placé pour en parler ?

Tribalisme en Guinée : Bah Oury est-il le mieux placé pour en parler ?

C’est bien Bah Oury qui avait déclaré sur les ondes d’une radio locale, pendant l’entre-deux-tours de la présidentielle de 2010 que tous les commerçants issus de sa communauté devaient fermer leurs boutiques et magasins pour affamer les autres.

Saviez-vous ces autres-là c’était qui ? Suivez notre regard. Aujourd’hui, ce discours semble être caduc. Bah Oury se fait passer comme un apôtre de la lutte contre le tribalisme que lui-même a instauré. Il n’est donc pas tout le mieux placé pour condamner la sortie, somme toute hasardeuse de Chérif Bah, dénonçant une histoire de 900 cadres issus de la Moyenne Guinée débarqués à cause de leur appartenance ethnique. « Je condamne ces propos parce que ça n’apporte aucune valeur ajoutée, ça ne fait que réveiller des blessures qu’on est en train de vouloir cicatriser. Ceux qui veulent rouvrir les blessures, ne travaillent pas pour l’apaisement», dira Bah Oury dans la presse locale.

Et d’enseigner qu’en politique il y a deux façons de voir les choses. Sauf qu’au niveau de l’UFDG, la démarche des cadres « ne va pas dans l’intérêt ni de l’UFDG ni de la communauté peul. Ce qui peut nous permettre d’aller de l’avant, et à tous les niveaux, c’est que les responsables mettent de côté tous les débats à caractère ethnocentrique. » Sacré Bah Oury, le voleur qui crie au voleur !

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

A propos de l'auteur

Articles similaires