Traque contre des pyromanes : Et si le Balaï Citoyen s’était inspiré de Gassama Diaby

Le Balaï citoyen continue la traque contre des personnes tenant des propos haineux et appelant à la violence à travers les réseaux sociaux ou dans les médias.

Cette structure de la Société civile reste convaincue que ‘’la Guinée ne brulera pas’’ ! Raison pour laquelle, le Balaï citoyen allonge la liste des personnes ayant tenu des propos haineux ou appelant à la violence.

Des propagandistes des deux bords politiques incarcérés

Après avoir réussi à faire arrêter  7 propagandistes (dont 6  RPG et 1 de l’UFDG), le Balaï citoyen, continue la traque contre les pyromanes. Un mandat d’arrêt a été lancé contre trois autres communicants de l’UFDG qui se trouveraient à l’extérieur.  Au même moment  deux autres personnalités politiques sont visées.

Il s’agit de Sékou Souapé, un responsable politique du RPG, parti au pouvoir et le ministre de la Communication, Rachid Ndiaye, qui au cours  d’une interview accordée aux médias étrangers, avait laissé entendre que des groupuscules armés se trouveraient parmi les manifestants de l’opposition. Une déclaration qui a suscité la colère des guinéens et dont le ministre ne peut se défendre.

D’après une source judiciaire, ces deux personnalités politiques devront être entendues par un juge d’instruction la semaine prochaine.

Une démarche qui a été vivement saluée par les guinéens et qui a permis de changer le comportement des certains internautes sur les réseaux sociaux.

Sékou Koundiano s’est réjoui de cette avancée judiciaire et rassure les guinéens de la détermination de sa structure à poursuivre cette démarche pour une ‘’Guinée paisible’’ :

 « Le dossier évolue à grand pas et nous vous rassurons que les intimidations et les perturbations ne marcheront pas. Nous avons une équipe fin prête à répondre à toutes les répliques, à toute attaque venant de quelconque endroit. Nous pouvons vous rassurer avec détermination, avec engagement que ce travail nous le faisons pour le compte de la nation et ça nous sommes farouchement déterminés à aller jusqu’au bout afin que cette Guinée que les aînés nous ont léguée, qui est une Guinée une, une Guinée paisible, que nous puissions la préserver, que nous puissions la préserver au détriment de certaines personnes qui veulent mettre ce pays en feu » a laissé entendre l’administrateur général de la cellule balai citoyen.

Faut-il parler de récupération ?

Si de nombreux guinéens ont salué cette démarche, d’autres par contre, y voient une convergence des vues entre Gassama Diaby, ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté et le Balai citoyen.

Toutefois, une troisième catégorie parle déjà de ‘’récupération des initiatives’’ du ministre Gassama Diaby par le Balai Citoyen, parce que, estime-t-on, au lendemain des violences post-électorales, Gassama Diaby, malgré les hostilités dans son propre camp, avait eu le courage de déclarer contre vent et marée, qu’il (Gassama), se constituerait en partie civile en tant que citoyen, pour porter plainte contre tout propos haineux appelant à la violence.

En tout état de cause, Gassama Diaby avait quand même lancé l’alerte, invitant même certains de ses collègues ministres, comme Bantama Sow, de s’abstenir à tenir des propos incitant à la violence.

« A pâtir d’aujourd’hui, j’en fais un engagement sur le saint Coran, nous ferons un fichier de tous ceux, en Guinée, de Conakry à Yomou ferons des déclarations haineux, d’appels à la haine, à la violence, à la discrimination, à l’injustice, quel qu’il soit, qu’il soit fonctionnaire, qu’il soit militant d’un parti politique, qu’il soit responsable politique, je vous jure je passerai le restant de ma vie à ce que ces personnes passent devant la cour pénale internationale », avait prévenu le ministre Diaby, le 10 février dernier, lors d’une tournée dans les états majors des deux grandes formations politiques (RPG et UFDG), jurant qu’il n’acceptera pas que la Guinée soit brûlée.

On se souvient, après cette déclaration, Gassama Diaby, s’était rendue dans les familles des victimes à Conakry et à l’intérieur du pays, avec un pool d’avocats et des journalistes, avant d’annoncer la mise en place d’une commission d’alerte pour traquer les pyromanes sur les réseaux sociaux.

« Je ne dis à personne de ne pas défendre ses droits. Il ne m’appartient pas à dire à quelqu’un d’accepter l’injustice, ce qui n’est pas acceptable. Ces derniers temps nous avons assisté à des escalades en parole. Chacun dit ce qu’il veut, chacun fait ce qu’il veut. Cela n’est pas acceptable. Je dis et je le répète j’ai écrit à la cour pénale internationale, j’ai écrit à toutes les institutions internationales, je ne le fait pas pour ce gouvernement, pour un camp je le fais pour la Guinée, pour ce pays, mon pays. Désormais à partir de ce week-end, tous les réseaux sociaux, toutes les radios, toutes les déclarations publiques, ceux qui tiennent des propos contraires à la loi seront fichés et seront avertis parce qu’ils seront poursuivis le jour où il y aura des problèmes. Et cela que vous soyez ministre de la République, membre du RPG, de l’UFDG, de l’UFR », a avertit Khalifa Gassama Diaby.

Des citoyens saluent la démarche

’Nous saluons la démarche de Balaï citoyen qui a la même convergence des vues que le ministre Gassama Diaby, pour prévenir les risques des violences, car personne n’a intérêt que la Guinée brûle. ‘’, S’est réjoui de son côté, Mohamed Lamine Soumah, un homme d’affaire rencontré au centre ville de Kaloum, qui appelle les guinéens au pardon et à l’unité pour faire face aux grands défis du moment.

Un point de vue partagé par Mlle Mariétou Diallo, étudiante en Droit dans une université de la place.

’Moi j’appelle les guinéens à faire preuve de retenue et d’éviter la violence. J’encourage le Balai citoyen à poursuivre cette démarche, mais il faut que la justice aussi arrive à faire son travail, c’est ce qui peut rassurer les citoyens’’

En attendant la suite de la procédure judiciaire en cours, plusieurs ‘’pyromanes se sont rétractés’’ alors que d’autres propagandistes sont incarcérés à la Maison centrale de Conakry.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.