Dernières infos

Train de vie à Conakry : le mal être d’une capitale sans pilote !

Train de vie à Conakry : le mal être d’une capitale sans pilote !

Bouchons interminables, immondices et autres montagnes d’ordures le long des routes déjà cloutées, précarité, artères désarticulées, incivisme des usagers, absence de l’Etat, etc., le train de vie des habitants de Conakry est manifestement un mal être qui ne dit plus son nom. Nulle part en effet, du centre-ville, quartier des affaires abritant la Présidence de la République, la Défense nationale, les Départements ministériels, …n’échappe au chaos.

En pleine saison hivernale, on cure les caniveaux, le contenu exhumé et jeté ici et là ou tout simplement remis dans les mêmes caniveaux par les eaux de pluie. Plus de trois milliards GNF ont été dégagés à cet effet. Mais, ce qu’on voit à bien des endroits, ce sont ces blocs de ciments abandonnés rétrécissant encore la chaussée.

A ce spectacle d’un autre âge, s’ajoutent ces nombreux trous qui déglinguent les engins roulants se suivant en file indienne et à des longs kilomètres. Le mal être est partout. La nervosité ou plutôt la résignation fait le reste. Tout le monde en veut à ce gouvernement qui manque de politique d’anticipation afin d’évoquer « l’urgence nationale » pour faire passer des marchés de gré à gré bien contraire au Code des marchés publics. La Capitale Conakry est invivable.

Matoto rond-point est devenu une zone interdite, infréquentable. Les ruelles avoisinantes ne servent plus qu’au ruissellement parce que chaotiques. Les usagers de ce tronçon peuvent passer une demi-journée en train de patienter, couper le moteur, rallumer, fumer un coup, crier « bougez », bref, à râler contre d’autres. « Il n’est pas du tout souhaitable de venir à Conakry en cette saison hivernale où on ne sait plus où mettre les pneus », peste un concitoyen en vacance dans la capitale insalubre et impraticable. Conakry n’a pas de contournante, tout le monde use et abuse l’autoroute, la route Le prince et celle de Hamdallaye Lambanyi. Une fois c’est clouté, ici, de l’autre côté, souvent c’est le même spectacle.

Dix ans presque au pouvoir, Alpha Condé, voyage en Jet privé ou fait bloquer les artères des heures durant. Il ne voyage jamais dans le pays profond en voiture. Ne serait-ce que faire du tourisme et relever les points critiques du patrimoine routier national. Tout ce qu’il connait, c’est promettre des autoroutes ici, des péages et pesages-là. Et c’est tout.

Cerise sur le gâteau, il donne de gros marchés aux proches, contrairement au Code des marchés publics. Conakry, pour tout dire, c’est un mal être. Bien difficile à s’en accommoder.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

A propos de l'auteur

Articles similaires