Dernières infos

Thierno Saidou Diakité chroniqueur sportif à propos du Cocan : ‘‘il faut aller vite, parce qu’on a perdu deux ans’’

Thierno Saidou Diakité chroniqueur sportif à propos du Cocan : ‘‘il faut aller vite, parce qu’on a perdu deux ans’’

Au lendemain de la nomination des membres du COCAN (Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations Guinée-2023) par le président de la République, Pr Alpha Condé, Thierno Saidou Diakité  connu dans les milieux sportifs guinéens pour son indépendance d’esprit et la pertinence de ses analyses, a accordé une interview à notre reporter dans laquelle, il s’est exprimé sur la mission à laquelle, les membres du COCAN seront confrontés dans le but de répondre aux attentes des guinéens. Lisez !

 Le président de la République, Pr Alpha Condé vient de nommer les membres du  COCAN. Quelle est votre réaction, en tant que chroniquer sportif?

Il faut peut-être donner une précision. Le 02 janvier 2017, le Chef de l’Etat a signé un décret portant nomination les membres du comité de pilotage du COCAN 2023 (comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des nations).

Pour vos lecteurs, la précision que je voulais apporter, il y a le comité de pilotage qui vient d’être nommé par le président. Ce comité relève directement de son autorité. Ensuite, il y aura 11 commissions spécialisées, qui  vont être meublées par le Premier ministre, Chef du gouvernement. Donc, il y a déjà un pas qui a été fait vers les préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations.

De ce fait, vous me demandez mon sentiment, je suis réellement satisfait ; pour la simple raison que, chaque fois que le pouvoir central pose un acte dans les préparatifs de la Coupe d’Afrique des Nations, il faut se réjouir. Parce que, figurez-vous qu’on a perdu inutilement deux ans et, les préparatifs n’ont pas réellement commencé dans la mesure où le comité de pilotage n’est pas encore fonctionnel.

 Certains observateurs du cuir rond guinéen estiment dans la cité que vous avez été « trahi »  du fait que vous n’avez  pas été nommé parmi les membres du comité de pilotage du COCAN par le chef de l’Etat, dans la mesure où ils expliquent dans leur raisonnement que c’est vous qui avez attiré l’attention du président de la République sur la nécessité de la mise en place dudit comité à travers des sorties dans la presse. Qu’en dites-vous ?

Le mot trahison, à mon avis est un peu fort parce que, c’est vrai que depuis 1994, j’ai mené un plaidoyer, afin que notre pays abrite une fois la CAN.

Le comité de pilotage a été meublé. Je ne suis pas membre, c’est vrai mais, à mon avis il y a 12 millions de guinéens et, je pense que les 12 millions de guinéens peuvent valablement faire ce travail qui est demandé au COCAN. Moi, personne ne m’importe. L’essentiel est que l’idée a été faite et je souhaite qu’il suive  son bonhomme de chemin de 1994 à nos jours. Comme disait l’autre, ‘’le rêve est devenu une réalité’’. Pour moi, si je fais partie du comité ou pas, si le projet tient la route, je suis satisfait.

Aujourd’hui, qu’est-ce que vous attendez des membres de ce comité du COCAN ?

Je souhaite qu’ils fassent preuve de patriotisme, d’engagement ; qu’ils s’investissent pour la réussite de cette Coupe d’Afrique que le pays attend impatiemment. Ça va être une première.  Et je souhaite que cette Coupe d’Afrique soit une première que l’Afrique n’a jamais connue. Enfin, je demande  aux autorités de mettre rapidement les 11 autres commissions en place, afin que le comité puisse être effectivement fonctionnel et opérationnel, parce qu’on a perdu deux ans.

L’Indépendant 

 

A propos de l'auteur

Articles similaires