Snober sur le 02 octobre au Stade pour contraindre Alpha ?

Pourquoi c’est toute l’opposition qui devrait bouder le stade du 28 septembre ayant abrité les festivités de l’an 60 de l’indépendance nationale? Cette question mérite bien d’être posée, au-delà de la solennité que représente le 2 octobre.

En effet, les opposants, les grands, ceux qui donnent réellement des maux de tête au Président – il n’y en a pas assez en Guinée – devraient bouder le stade où de sérieux massacres et autres cas de viols avérés ont été perpétrés contre des Guinéens alors soifs de démocratie et de libertés individuelles et collectives. Les victimes de viols sont marquées à vie. Les morts, certains introuvables ont plongé leurs familles respectives dans un deuil à n’en plus en finir. La barbarie aura été sans commune mesure. Certains portent encore les réels stigmates. Certains de ces auteurs présumés de ces affres étaient partie prenante de l’organisation des festivités, d’autres étaient à la première loge ou à la seconde. Tous ou presque sont en activité auprès d’Alpha Condé.

C’est pourquoi, il déclare que la Justice prépare le procès mais, pas avec pression. Comme pour prouver qu’il est de mauvaise foi et est prêt à léguer la patate chaude à son successeur qui pourrait certainement être un certain Dalein Diallo, du moins, quand on tient compte d’une présidence issue de l’opposition tout court. Pour une question d’éthique politique, tous les opposants surtout ceux malmenés par les hommes en uniforme au stade en 2009 devraient snober sur l’invitation d’Alpha Condé, afin de lui contraindre à accélérer l’organisation du procès. Après tout, l’absence de ces leaders aura attiré l’attention de la communauté nationale et internationale. Mais, ces politiciens ont encore une fois, raté une bonne occasion de se faire justice.

Apatride ou amateur, Dalein a quant à lui fait son choix et en voici pourquoi : « Accepter de revenir à ce stade, voir des forces de défense et de sécurité armés défilés sur les lieux de son traumatisme (Dalein Diallo) n’est pas quelque chose  qui n’a pas des conséquences psychologique pour lui. Pour cette raison personnelle et aussi en solidarité avec tous ceux qui réclament la justice, tous ceux qui ont été brutalisés dans leur chair, qui ont été souillés dans leur dignité ou qui ont  laissé leur vie, (il n’a pas voulu se rendre au stade). Et puis en attendent toujours que l’Etat guinéen assume sa responsabilité en ouvrant des enquêtes réelles, en déclenchant une procédure judiciaire qui puissent permettre à l’âme des victimes de reposer en paix, en rétablissant la dignité de ceux qui ont été tués. En attendant cette justice et pour son propre traumatisme personnel, nous avons suggéré et exigé que le président de l’UFDG ne vienne pas au stade du 28 septembre célébrer sur ces lieux de drame, sur ces lieux de souffrance  un évènement aussi important », a expliqué Ousmane Gaoual Diallo, interrogé par un confrère.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.