Réseaux sociaux, données personnelles, algorithmes… comment inventer un futur numérique plus radieux ?

Au Chaos Communication Congress, la fine fleur de la communauté des hackeurs tente de défendre un monde numérique plus équitable. Non sans peine.

voyer par e-mail

Il y a quelques années à peine, Internet devait libérer les peuples, ouvrir l’accès à la connaissance et faire tomber les barrières sociales. Depuis quelque temps, ce plan de vol initial et utopique, adapté au rythme d’ingérences étrangères sur les réseaux sociaux, de la prolifération des discours haineux en ligne ou de la collecte sans fin de données personnelles, a pris un coup dans l’aile.

Le Chaos Communication Congress (CCC) rassemble chaque année en Allemagne et depuis trente-quatre ans la fine fleur de la communauté des hackeurs d’Europe et du monde. Il l’a à nouveau fait, du 27 au 30 décembre, dans un grand bâtiment de verre et de métal de la banlieue de Leipzig. Oubliez l’image d’Epinal : il n’est ici question d’un homme à capuche piratant des sites Internet dans le confort obscur d’une chambre d’adolescent. Mais plutôt de curieux, de précurseurs, d’insatisfaits, qui veulent décortiquer, démonter et dépiauter la technologie pour l’aligner au mieux avec leurs idéaux de liberté et d’autonomie.

  • Comment éviter que les réseaux sociaux ne perturbent les élections ?

La question du rôle des réseaux sociaux dans les élections hante plusieurs pays depuis 2016, date à laquelle la Russie a, selon les autorités et la justice américaine, tenté d’influencer le résultat de l’élection présidentielle aux Etats-Unis.

Article réservé à nos abonnés

 Depuis, une très forte pression politique s’est exercée sur les principaux réseaux sociaux, en premier lieu Facebook. Ces derniers ont donc été contraints de rendre publiques les publicités politiques et un certain nombre d’informations à leur sujet. C’est cette transparence qui, selon le chercheur, permet de mieux comprendre les mécanismes de cette nouvelle forme de communication politique et d’en limiter les effets pervers. Une ouverture qu’il aimerait encore plus grande. Mais la tâche est ardue : Facebook a déployé des mesures empêchant les chercheurs de compiler rapidement et à grande échelle le contenu de ses archives publicitaires. De plus, pointe le chercheur, il est encore possible de payer de la publicité pour des faux comptes« Facebook ne vérifie pas l’identité des publicitaires », déplore encore M. McCoy :

« Nous devons continuer à faire pression sur eux pour qu’ils améliorent leurs archives. J’espère qu’ils l’amélioreront pour que nous soyons en mesure de comprendre les aspects positifs et négatifs des publicités politiques pour l’élection de 2020. »

Pour Diego Naranjo, de l’EDRI – une association européenne de défense des droits numériques –, il faut surtout « s’en prendre au modèle économique [des grandes plates-formes] qui est centré sur l’objectif de générer plus de “like”, plus de tweets, plus d’engagement ».

  • Comment reprendre le contrôle de nos données personnelles ?

Les fuites de données personnelles et les scandales liés à la vie privée se sont enchaînés ces derniers mois. Pourtant, le modèle économique dominant d’Internet, basé sur la publicité et les données personnelles, ne semble pas être remis en cause.

Lire aussiLe contrôle des données numériques personnelles est un enjeu de liberté collective

« Nous devons reprendre possession d’Internet. Il n’y a pas de loi naturelle qui veut que les sites et les applications doivent envoyer des données aussi précises à chaque fois qu’on les utilise ! », a lancé Frederike Kaltheuner, de l’ONG Privacy International, en présentant les résultats d’une étude montrant, une nouvelle fois, l’appétit de Facebook en matière de données personnelles. Elle en appelle aussi aux développeurs, qui ne doivent « pas transmettre de données, dont ils n’ont pas besoin, et donner le choix aux gens ».

L’entrée en application du nouveau cadre européen de protection des données personnelles, le RGPD, est une source d’espoir pour certains. « Vingt ans en arrière, nous n’avions rien. Désormais, nous avons un cadre de protection des données fort, avec les Gafam [Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft] dans le viseur. Les gens s’éveillent et se sentent concernés », veut croire Diego Naranjo, de l’EDRI.

Lire aussiDonnées personnelles : sur les téléphones Android, des applications très bavardes avec Facebook

Faudra-t-il, pour rééquilibrer la balance entre les internautes dont les données sont pillées et les grandes plates-formes numériques, passer par le revenu de base universel ? C’est la thèse qu’a brièvement défendue l’économiste Guy Standing lors de la conférence d’ouverture du CCC. Ce défenseur de longue date du revenu universel estime qu’il pourrait s’agir, entre beaucoup d’autres choses, d’un moyen de récupérer du pouvoir sur « Facebook, Google et les autres qui extraient tant de nous » et crée une richesse dont les citoyens ne voient pas la couleur.

  • Les algorithmes sont-ils condamnés à décider à notre place ?

La question des algorithmes – entendus comme des programmes informatiques autonomes affectant l’environnement de l’internaute ou du citoyen – a également été abordée.

« Ce débat n’est pas encore assez informé », déplore Claudio Agosti, un hackeur qui tente depuis plusieurs mois de comprendre comment fonctionne, en détail, l’algorithme de Facebook.

Le problème, explique-t-il lors d’une conférence remarquée, c’est que « les algorithmes peuvent prendre la forme de l’oppression. Facebook peut du jour au lendemain changer son algorithme dans une direction qui n’est pas dans votre intérêt. »

Ce hackeur a donc lancé une initiative destinée à comprendre la manière, dont il organise et présente les contenus à ses utilisateurs, grâce à une extension installée par des volontaires dans leurs navigateurs et Internet qui collecte certaines publications affichées sur le fil d’actualité Facebook.

« Ne supprimez pas Facebook, donnez votre profil à la science ! Votre profil est un moyen unique d’observer le réseau, un point d’observation de choix pour comprendre comment Facebook fonctionne. »

Un point de vue partagé par Yann Leretaille, qui pilote le Good Technology Collective, une organisation destinée à conseiller les entreprises et expliquer au grand public les grands enjeux sociétaux des nouvelles technologies ; pour lui, trop souvent, les services numériques « prennent des décisions à la place de l’utilisateur » sans lui donner la possibilité de le savoir, de le comprendre ou de l’empêcher.

  • Peut-on encore vivre un Internet sans les géants de la Silicon Valley ?

En tirant tous les fils des maux qui affectent le monde numérique contemporain, on remonte à une pelote unique : tous les usages, toutes les données, tous les réflexes sont rattachés à des plates-formes centralisées, la plupart issues de la Silicon Valley. Est-il pourtant réaliste de quitter les services des géants du numérique ? « C’est très dur de demander cela aux gens, une partie d’entre eux en dépendent. J’ai quitté Facebook il y a quelques années, et j’ai perdu le contact régulier avec certains amis », reconnaît même Diego Naranjo.

« Nous avons besoin d’alternatives à ces plates-formes centrales de communication. On doit ne pas le décider demain, mais aujourd’hui » dit-il encore. Claudio Agosti formule le même diagnostic : il ne faut pas que le pouvoir « reste au centre du réseau » mais soit décentralisé vers les utilisateurs.

S’il y a bien un endroit au monde où l’idéal de décentralisation et de solution respectueuses des droits des utilisateurs est encore vivace, c’est justement au CCC. Certains murs y arborent des posters aux couleurs du réseau social Diaspora, vestiges d’une époque pas si lointaine où promettre une alternative à Facebook soulevait les foules.

« C’est plus qu’un problème technique, c’est un problème politique. »

Les grandes plates-formes, qui captent une part des activités humaines sur Internet, ont réussi le tour de force de recentraliser une technologie, Internet, dont la force et le succès tiennent à son caractère décentralisé. Certains s’échinent tout de même à imaginer des outils et des technologies qui rompent avec le centralisme ambiant.

On a ainsi pu entendre l’un des responsables de Matrix, un système qui permet d’interconnecter tous les services de discussion (Slack, WhatsApp…) à travers un système sans serveur central, expliquer à quel point son service, qui sera même utilisé par l’Etat français, peut être une solution d’avenir. D’autres essaient de mettre entre les mains du plus grand nombre des alternatives aux géants du numérique.

Ils étaient ainsi une cinquantaine à se masser dans une petite salle pour apprendre à faire fonctionner Nextcloud, une alternative aux systèmes de cloud traditionnels comme Google et qui permet de choisir où sont hébergées ses photos, sa musique ou ses contacts (une petite entreprise d’hébergement ou même un simple ordinateur branché dans son salon). « C’est plus qu’un problème technique, c’est un problème politique. Mais nous autres développeurs pouvons imaginer des solutions », veut ainsi croire Jos Poortvliet, l’un des membres du projet NextCloud.

Martin Untersinger

Pauline Croquet

https://www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.