Dernières infos

Réhabilitation de la Pharmacie Centrale: les raisons de la lenteur des travaux…

Réhabilitation de la Pharmacie Centrale: les raisons de la lenteur des travaux…

Alors que le financement est déjà acquis pour la réhabilitation des cinq dépôts pharmaceutiques à la Pharmacie Centrale de Conakry (PCG), après le grave l’incendie  qui avait ravagé en juin dernier plusieurs magasins de stockages des produits pharmaceutiques, les travaux peinent toujours à démarrer.

Pour en savoir plus sur les raisons du retard du démarrage des travaux sur ce chantier, notre rédaction s’est rendue sur les lieux du sinistre. Mais à l’absence du Directeur Général de la PCG, Dr Moussa Konaté, en pèlerinage à la Mecque, nous n’avons pas pu avoir un interlocuteur crédible qui puisse accepter d’échanger avec nous.

« Le Directeur est absent, revenez après, nous ne pouvons pas vous dire plus », lâche un cadre de l’institution rencontré dans les couloirs de son bureau, qui ne nous a pas donné du temps à lui poser des questions.

Sur le site du projet, il est indiqué sur une plaque installée à l’entrée, que le délai d’exécution des travaux est de 90 jours. Or, le contrat qui lie la Pharmacie Centrale de Guinée et les entreprises soumissionnaires, a été signé depuis le 30 juin 2017. Ce qui revient à dire que la fin des travaux est annoncée pour le 30 septembre.

Réhabilitation de la Pharmacie Centrale: les raisons de la lenteur des travaux…

A ce jour, les locaux devant abriter les dépôts ne sont même pas libérés. Est-ce que c’est sabotage ou un refus de la Direction? Difficile de répondre à cette question à ce stade.

Selon une autre source contactée par Kababachir.com, bien avant que le Dr Moussa Konaté ne parte à la Mecque, il y avait déjà le blocage.  «Comme la gestion du projet n’a pas été confiée à la Direction de la Pharmacie Centrale de Guinée, c’est comme s’il y a une volonté de la direction de retarder les travaux peut-être pour revoir la copie. Ce que je peux vous dire, patientez-vous jusqu’à ce que le Directeur Général revient, vous allez en savoir plus. Personnellement, je suis autorisé à vous parler  », explique un autre cadre de la boite qui a requit l’anonymat.

D’après nos enquêtes, l’absence du Directeur Général Moussa Konaté, serait l’une des causes de ce retard, parce qu’il est le seul à pouvoir prendre une décision de libérer les locaux pour permettre aux entreprises ayant décroché le marché d’entamer les travaux. Aucun de ses collaborateurs ne peut prendre une telle décision à son absence. C’est en tout cas la consigne donnée.

Pendant que les partenaires projettent une construction prochaine d’une autre Centrale plus moderne à la périphérie de Conakry, qui coûterait plus de 2 millions de dollars, cette lourdeur administrative risque d’avoir des conséquences graves pour la Guinée, qui pourrait perdre cet avantage, si jamais celui ne réalise pas dans les délais requis.

En tout cas, si jamais le projet de réhabilitation de ces 5 dépôts pharmaceutiques échoue, les partenaires, à savoir,  le Bureau des Nations-Unies pour le Service d’Appui aux Projets(UNOPS) et le Catholic Relief Service (CRS), le principal bailleur des fonds, risque d’annuler ce projet.

D’ailleurs, certains observateurs vont jusqu’à s’interroger sur les causes et l’origine de l’incendie survenu en juin à la Pharmacie Centrale de Guinée.

Nos multiples tentatives de joindre les autorités de la santé pour en savoir plus sur ce projet de réhabilitation sont restées vaines.

De l’avis de nombreux observateurs, même si les enquêtes n’ont rien révélées pour l’instant, sur l’origine de l’incendie déclaré en juin, la piste criminelle n’est pas à écarter.

Affaire à suivre…..

 

Ibrahima Kourouma, Kababachir.com

 

A propos de l'auteur

Articles similaires