RDC – Elections générales: la connexion internet interrompue pour une période indéterminée

La suspension d’internet est devenue une mode en période électorale en Afrique et la RDC ne fait pas exception à la règle. Les populations ont été privées d’internet au lendemain des élections générales.

Pendant l’attente des premiers résultats de l’élection présidentielle de dimanche qui doit désigner le successeur du président Joseph Kabila, contraint par la Constitution de ne pas se représenter après près de 18 ans au pouvoir, le pouvoir kinois a fait couper le réseau Internet pour éviter une propagation trop soutenue des résultats des bureaux de vote.

Vodacom a été le dernier opérateur à couper son réseau, sur le coup de 11h04, ce lundi 31 décembre.

Le grand public est donc privé d’internet mais les partis politiques comme la plupart des mouvements citoyens avaient prévu une parade et passent désormais par d’autres moyens de communication.

L’objectif pour le pouvoir congolais est d’empêcher la propagation de la remontée des chiffres venus des urnes.

Pour Barnabé Kikaya bin Karubi, l’un des conseillers du président sortant Joseph Kabila, l’accès a internet a été coupé afin de préserver l’ordre public alors que des « résultats fictifs » ont selon lui commencé à circuler sur les réseaux sociaux. « Cela pourrait nous conduire directement au chaos », a déclaré Barnabé Kikaya bin Karubi à Reuters.

« Nous demandons au gouvernement de ne pas bloquer les moyens de communication et notamment l’accès à internet ainsi que les médias », ont écrit les représentants de l’Union européenne et des Etats-Unis à Kinshasa dans un communiqué conjoint signé par d’autres pays.

Le nouvel ambassadeur des Etats-Unis, Mike Hammer s’est fendu d’un tweet en français:

Mike Hammer@USAmbDRC

Je souhaite une bonne année et meilleurs vœux à mes amis congolais! Que 2019 vous apporte la paix, une transition démocratique et l’internet débloqué!

Tensions dans toute la RDC

L’opposition a dénoncé de nombreuses fraudes et elle accuse le pouvoir sortant de conspirer pour garantir la victoire de son candidat, l’ancien ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary. Le gouvernement réfute ces accusations et assure que le scrutin s’est déroulé de manière équitable.

Des barrages tenus par la Garde républicaine arrêtent les véhicules depuis plusieurs nuits dans la commune résidentielle de la Gombe, siège de la présidence et de l’ »hôtel du gouvernement » qui abrite plusieurs ministères. Mais la nuit du Nouvel An a été calme à Kinshasa où les restaurants, bars, boîtes de nuit ont ouvert normalement, nous a rapporté Lecho.

https://fr.express.live

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.