Qu’est-ce que le ramadan ? Origine, signification et traditions

Le ramadan est l’un des cinq piliers de l’Islam. Il s’agit d’une période de recueillement au cours de laquelle les musulmans n’ont pas le droit de manger, de boire, de fumer, ou encore d’avoir des relations sexuelles, et ce, de l’aube au coucher du soleil. Seules les personnes malades, les femmes en période de menstruations, les femmes enceintes (ou qui allaitent), les personnes âgées et les enfants pré pubères sont dispensés de respecter le jeûne.

Ainsi, les musulmans ont le devoir de prier, de réfléchir sur la place de la foi dans leur vie et sur la façon de développer leurs qualités humaines, telles que la patience, la douceur, la compassion et l’humilité. Enfin, ils pratiquent l’aumône, qui consiste à verser une taxe obligatoire à la mosquée où à un individu dans le besoin, juste avant la fin du Ramadan. À la tombée de la nuit, les fidèles se rassemblent en famille et entre amis pour consommer un repas de fête. Le premier jour du mois suivant, on célèbre l’Aïd al-Fitr, la fête de la rupture du jeûne.

L’origine du ramadan

Le ramadan marque le début de la révélation du Coran au prophète Mahomet, et se pratique durant le mois sain, c’est-à-dire au neuvième mois du calendrier lunaire musulman. De l’arabe ramida, le mot ramadan signifie chaleur intense, car le ramadan est considéré comme une bonne action brûlant les péchés. Si les musulmans doivent jeûner, c’est parce que dans le Coran, Allah a déclaré le jeûne obligatoire.

Les dates du ramadan varient d’une année sur l’autre, et se calculent en fonction de la position de la lune et de l’endroit où l’on se trouve sur Terre. Elles sont fixées par les autorités musulmanes de chaque pays.

Le ramadan, le nom d’un mois sacré

Le ramadan n’est pas le nom d’une fête religieuse mais celui du neuvième mois de l’année dans le calendrier musulman. Son nom est issu d’une racine sémitique, signifiant « chaleur de l’été ». D’une durée de 29 ou 30 jours, il est un mois sacré de l’islam. Il fait en effet partie des cinq « piliers » de cette religion, c’est à dire ses règles fondamentales, avec la profession de foi, les cinq prières quotidiennes, l’aumône aux pauvres et le pèlerinage à La Mecque. Le mois du ramadan est aussi considéré comme celui de la charité car lors de son dernier jour, les musulmans pratiquants doivent faire la charité (zakât al-fitr).

Enfin, ce mois concentre un nombre important de commémorations autour d’événements de l’histoire de l’islam, telle la Nuit du destin (Laylat al-Qadr) durant laquelle Mahomet aurait reçu le Coran ou encore la bataille de Badr qui a permis au prophète de l’islam de s’imposer à La Mecque. Au début de l’islam, cependant, les musulmans jeûnaient en même temps que les juifs, le jour du Yom Kippour. Mais Mahomet, afin de mieux distinguer sa religion naissante, a décidé de choisir une autre période de l’année et de durcir les règles.

La Lune en maître de cérémonie

Le calendrier musulman étant lunaire au contraire du calendrier latin, le début du mois de ramadan change selon les années. La tradition, se base donc sur l’observation de la Lune pour déterminer le début du jeûne, et cela en respect d’une parole prêtée à Mahomet : « ne jeûnez que lorsque vous verrez le croissant lunaire et rompez le jeûne lorsque vous le verrez aussi ».

Essentiellement un jeûne mais pas seulement

Durant le ramadan, les croyants sont invités à s’abstenir de boire et de manger, de l’aube (dès que l’on peut « distinguer un fil blanc d’un fil noir » dit le Coran) jusqu’au coucher du soleil. La journée débute donc par un repas et une première prière juste avant le lever du soleil et se finit le soir par un repas de rupture de jeûne (l’iftar), souvent pris en famille ou à la mosquée. Une des traditions veut que les musulmans croyants rompent le jeûne avec une datte et un verre de lait.

Mais ce mois sacré de l’islam ne s’arrête pas à un simple jeûne. Fumer et avoir des relations sexuelles sont aussi interdits durant le jour. Les musulmans croyants se doivent aussi de mettre une signification derrière ces privations, qui perdent de leur force si elles sont observées de manière mécanique.

Dans une quête d’ascèse et de purification, le ramadan est aussi l’occasion pour les fidèles de méditer le Coran, ils peuvent ainsi participer à des veillées de prière. Certains théologiens conseillent même de réciter la totalité de ce livre saint durant le mois, à raison d’un trentième par soir. C’est aussi une période où d’importants dons sont consentis aux mosquées et salles de prière à destination des personnes démunies. Les fidèles sont invités plus généralement à manifester de l’amour et de l’altruisme envers leurs prochains.

Cependant, les règles de l’islam prévoient des exceptions. Le respect du jeûne ne concerne par exemple que les personnes ayant passé leur puberté. Il est cependant recommandé d’y habituer progressivement les enfants. Femmes enceintes ou venant d’accoucher, nourrices, personnes âgées et faibles, malades, voyageurs sur une longue distance et soldats ont le droit de ne pas observer le jeûne. Les femmes en période de règles peuvent aussi se remettre à manger le jour mais doivent rattraper leurs jours de jeûne non effectués avant le prochain ramadan.

Avec www. terrafemina.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.