Promotion du tourisme en Guinée : un ministre aphone, mais avare !

On ne le voit que dans les assemblées générales ordinaires de l’UPR, tançant à sa guise l’UFDG et son président. Le ministre du Tourisme est invisible. Aucune activité au niveau de son département. Il est aphone, mais avare. On s’en est rendu compte récemment au cours de l’exposition de son budget. Thierno Ousmane Diallo doit partir de ce gouvernement fait, pour l’essentiel de ministres médiocres, en panne d’initiatives.

Quarante-six milliards cinq cent quatre-vingt-huit millions cinq cent cinquante un mille francs guinéens (46.588.551.000 GNF) en 2018 contre seize milliards huit cent treize millions deux cent soixante-deux mille francs guinéens (16.813.262.000 GNF) en 2017. Thierno Ousmane Diallo semble se réveiller, alors qu’il est plus proche de la porte de sortie que de la continuation.  Des années durant en poste, il n’a rien pu faire. Les écoles déversent des diplômés en Tourisme et en Hôtellerie, les hôtels sont construits ou en phase de l’être. Mais aucune réglementation en vigueur.

A travers le pays, des auberges, des motels, etc. poussent sans aucun respect des lois en vigueur. Le ministre Diallo se bouge mais dans l’autre sens, à contre-courant.

On attend toujours la finalisation et la mise en place d’une nouvelle politique sectorielle du tourisme, l’élaboration et la mise en œuvre  du schéma d’aménagement touristique du territoire national, le suivi du programme  d’infrastructure et équipements dans les différentes branches de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat en cours de réalisation sur le terrain, l’achèvement de la réhabilitation de la cité Niger de Faranah et le démarrage du projet de construction du campement touristique de Baro (Kouroussa). L’Ecotourisme est relégué au second plan. Les tours opérators évoluent seuls, point de concertation. Thierno Ousmane navigue à vue. Le département a besoin de sang neuf. Et c’est le moment !

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.