Projet d’interconnexion électrique 225 KV Guinée-Mali : études du tracé de la ligne et et d’évaluation de l’impact environnemental: Plan d’Action de Réinstallation PAR

1. RESUME EXECUTIF

1.1. Description et justification du projet, de la zone du projet et de la zone d’influence du projet
L‟Électricité de Guinée (EDG), créée en 2001, est la société d‟électricité étatique de la Guinée. EDG est notamment chargée de la planification, de la réalisation et de l‟exploitation des infrastructures de production, de transport, de distribution et de commercialisation d‟énergie sur l‟ensemble du territoire guinéen. La puissance totale installée d’Électricité de Guinée est de 241,9 MW dont 53% hydroélectrique et 47% thermique.

L‟exploitation des centrales thermiques rencontre de nombreuses difficultés économiques liées à leurs coûts de production élevés et sans cesse croissants. La productivité et la compétitivité des économies nationales sont donc limitées. Par ailleurs, la demande croissante a surpassé la capacité de production disponible, notamment au cours des périodes de pointe. Cette situation exige que les capacités d‟approvisionnement en énergie d‟EDG soient renforcées en urgence. La Guinée doit donc faire face à ce défi énergétique, véritable levier de développement, plus particulièrement au niveau de la région « Guinée Forestière » (Région de la Forêt) frontalière avec la Sierra Léone, le Libéria, et la Côte d‟Ivoire.

Pour pallier ce problème de production, le Système d‟Echanges d‟Energie Electrique Ouest Africain (EEEOA) ou West African Power Pool (WAPP), structure sous régionale de la CEDEAO chargée de l‟organisation et du développement du système électrique, prévoit aujourd’hui la création d’un marché régional de l‟électricité en Afrique de l‟Ouest à travers le développement d’un vaste réseau d’interconnexions électriques entre ses pays membres. Dans cette dynamique, le projet d’interconnexion Guinée- Mali concerne la construction d‟une ligne de transport à haute tension entre N‟Zérékoré (Guinée) et Bamako (Mali).

La définition du tracé de la ligne a fait l‟objet de nombreuses études de terrain afin d‟éviter au maximum d‟impacter les populations, leurs cultures et leur environnement. Cependant, malgré ces précautions, la mise en œuvre de ce projet linéaire et plus particulièrement l’acquisition du droit de passage vont engendrer un certain nombre de bouleversements, notamment la perte des terres et des habitations situées à proximité du passage de la ligne. Deux corridors impactés ont été définis :

„h Dans les 20 m situés de part et d‟autre de l‟axe de la ligne (espace déboisé sur lequel doit passer la ligne)

„h Dans les 50 m situés de part et d‟autre de l‟axe de la ligne (zone exposée aux champs électromagnétiques)

Dans le cadre de ces dispositions, les terres et habitations comprises dans ces corridors vont donc devoir faire l‟objet de procédures d‟acquisition par EDG, procédures qui devront s‟inscrire dans le cadre plus général du présent Plan d‟Action de Réinstallation. Celui-ci devra permettre de restaurer voire d’améliorer les conditions de vie des personnes affectées par un projet (PAP). Celles-ci devront être régulièrement consultées dans le cadre de l‟évaluation des mesures à mettre en œuvre.

 

Cliquez ici pour lire l’intégralité du Rapport

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.