Présidentielle au Brésil: portraits des cinq principaux candidats Par RFI

Le premier tour de l’élection présidentielle au Brésil est prévu dimanche 7 octobre 2018. Pour la première fois dans le pays, un candidat d’extrême droite pourrait arriver en tête. Portraits des cinq principaux prétendants.

Geraldo Alckmin, le bureaucrate modéré

Le candidat du PSDB Geraldo Alckmin ne passionne pas les foules.REUTERS/Adriano Machado

Désormais en quatrième position dans les sondages, Geraldo Alckmin pourrait apporter une défaite historique à son Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) au scrutin du 7 octobre. Dans le contexte d’élections très polarisées entre l’extrême droite de Jair Bolsonaro et le Parti des travailleurs de MM. Lula da Silva et Haddad, la droite classique ne parvient plus à séduire les électeurs du Brésil.

Jair Bolsonaro, l’espoir anti-corruption d’extrême droite

Jair BolsonaroREUTERS/Ricardo Moraes

Il se définit lui-même comme le Donald Trump brésilien. Jair Bolsonaro, 63 ans, est en tête des sondages pour le premier tour de la présidentielle au Brésil, ce dimanche 7 octobre. Classé à l’extrême droite de l’échiquier politique, les idées controversées de cet ancien militaire divisent, mais séduisent aussi. Portrait d’un extrême présidentiable, qui a été poignardé en pleine campagne électorale le 6 septembre.

Ciro Gomes, le challenger du centre-gauche

Ciro GomesNELSON ALMEIDA / AFP

Jusqu’à récemment, Ciro Gomes avait de bonnes chances d’arriver au second tour de l’élection présidentielle. Mais depuis le retrait officiel de l’ancien président Lula, devenu inéligible après une condamnation pour corruption, c’est son substitut Fernando Haddad qui monte dans les intentions de vote, dépassant largement le challenger du centre gauche. Ciro Gomes ne s’avoue pas pour autant vaincu.

Fernando Haddad, un électorat entier à reconquérir

Fernando HaddadREUTERS/Rodolfo Buhrer

Fernando Haddad, candidat du Parti des travailleurs (PT), arrive désormais en deuxième position dans les sondages, à quelques jours du premier tour de la présidentielle au Brésil. L’ancien maire de São Paulo, remplaçant de l’ex-président Lula, incarcéré, a-t-il des chances de mener son parti au pouvoir ?

Marina Silva, enfant de la forêt, l’environnement à cœur

Marina SilvaVagner Campos/ MSILVA Online

Jamais deux sans trois. Après deux défaites en 2010 et en 2014, Marina Silva se lance à nouveau dans la course à la présidentielle du Brésil. Arrivée troisième lors des deux précédents scrutins avec environ 20% des voix, l’ancienne ministre de l’Ecologie de Lula faisait partie des favoris pour l’élection présidentielle. Distancée au fil des semaines, elle est désormais en cinquième position dans les intentions de vote.

Source: RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.