Pourquoi il est inutile de se nettoyer les oreilles

Le cérumen que l’on cherche à éliminer est une protection indispensable pour nos oreilles.

Leur fin est proche, mais pas tout à fait imminente. Conformément à la loi sur la biodiversité du 9 août 2016, les cotons-tiges en plastique disparaîtront des rayons à partir du 1er janvier 2020. Cette mesure – qui ne concerne pas les bâtonnets biodégradables ni ceux à usage médical — vise à limiter le plastique pour réduire les pollutions en mer. Non contents de polluer l’environnement, les cotons-tiges peuvent également être dangereux pour nos oreilles. Tout comme le sont d’autres techniques.

Le cérumen n’est pas sale et s’évacue tout seul

«Certaines personnes se nettoient les oreilles car elles pensent, à tort, que le cérumen est sale», commence le Dr Jean-Marc Juvanon, oto-rhino-laryngologiste. Or cette sécrétion produite par la peau du conduit auditif constitue un film protecteur et antiseptique. Parfois appelé «cire humaine», le cérumen peut se présenter sous différentes couleurs — du jaune clair au noir, en passant par toutes les nuances de brun — sans que cela ait la moindre signification pathologique. «Ceux qui n’en produisent pas assez sont plus souvent sujets aux infections», souligne le Dr Juvanon.

Et le cérumen n’a nullement besoin d’aide pour sortir du conduit auditif: il le fait tout seul, grâce à un mécanisme d’autonettoyage. «Il est transporté vers l’extérieur par la peau, à la manière d’un tapis roulant, explique le Dr Juvanon. Tout au long de son trajet, il se charge en impuretés pour finalement s’échouer au pourtour de l’orifice du conduit». C’est à ce moment-là qu’interviennent le coton-tige, le mouchoir ou, plus simplement, l’auriculaire. «Il ne faut pas chercher à nettoyer autre chose que le cérumen de la partie visible de l’oreille. Et encore, c’est uniquement esthétique, poursuit le spécialiste. Dès qu’on franchit le bord de l’orifice, on est déjà trop loin!»

Risque d’irritations et de bouchons

Enfoncer son coton-tige trop profondément n’est pas dénué de risque, en particulier pour les enfants. Une étude publiée en 2016 dans la revue Pediatrics a ainsi montré qu’entre 1990 et 2010, plus de 260.000 petits américains se sont blessés à cause de ces bâtonnets. Au rang des accidents les plus courants, la perforation du tympan, qui peut entraîner des douleurs très fortes ainsi qu’une baisse d’audition. Autre risque: à nettoyer trop fréquemment ses oreilles, la peau perd sa protection, devient irritée, douloureuse et source de démangeaisons.

Enfin, l’usage excessif des cotons-tiges peut tasser le cérumen, conduisant alors à la formation d’un bouchon puis à une baisse d’audition. Celle-ci peut survenir brutalement si de l’eau fait gonfler le bouchon. «Les médecins ORL disposent de techniques et d’instruments qui permettent d’extraire les bouchons de cérumen très profonds, explique le Dr Juvanon. Le patient retrouve alors une audition normale».

Poire d’oreille, sprays et bougie Hopi

Certaines personnes produisent plus de cérumen que nécessaire. Ce phénomène est accentué par l’utilisation de bouchon antibruit, le port d’écouteurs ou d’aides auditives. Pour elles, un nettoyage tous les trois mois s’impose. «Il est possible d’utiliser une poire et de l’eau tiède, avec quelques gouttes d’un liquide pour ramollir le cérumen, mais il faut faire très attention car ce n’est pas sans danger pour le tympan», détaille le Dr Juvanon. De même, la technique du jet d’eau dirigé droit dans l’oreille est agressive et doit être réservée aux grands producteurs. Autre alternative, les sprays nettoyants, qui permettent d’évacuer mécaniquement le cérumen, mais ceux-ci ne sont pas toujours efficaces.

Par contre, il existe une technique qui est loin de faire l’unanimité auprès des médecins: la bougie d’oreille. Cette longue bougie creuse placée à l’entrée de l’oreille est supposée aspirer le cérumen qui va alors remonter le long du conduit. «Beaucoup d’études se sont intéressées à cette technique mais il n’en existe pas à ma connaissance qui aient démontré son efficacité. Sans compter qu’elle peut causer des dégâts car les gens s’enfoncent trop la bougie et se brûlent», met en garde le spécialiste.

http://sante.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.