Dernières infos

Patrimoine routier national : on en parle au gouvernement !

Patrimoine routier national : on en parle au gouvernement !

Oumou Camara se bouge. Elle veut marquer son empreinte aux TP. Souvent sur le terrain, cette ministre a envie d’un décret portant modalités d’application de la Loi L/2016/074/AN du 30 décembre 2016, portant protection du patrimoine routier national de la République de Guinée. Elle l’a fait savoir la semaine dernière au cours d’un conseil des ministres.

Elle a d’abord défini ce que constitue un patrimoine routier : « l’ensemble des infrastructures routières urbaines, interurbaines et rurales dont la construction, l’installation et l’entretien sont assurés par le ministère des Travaux publics. » Selon elle, ce patrimoine comprend essentiellement l’emprise de la route et ses équipements routiers. Le projet prévoit de créer un certain nombre d’organes de haut niveau pour suivre la protection du patrimoine routier.

A ce titre, des sanctions seront applicables aux contrevenants, la localisation et les modalités de fonctionnement des stations de pesage routier. Mais déjà, ajoute-t-elle, la gestion rationnelle commence par la protection de l’existant puis son entretien et ensuite les nouvelles constructions. Les formes d’agression que le patrimoine routier subit sont variées et en perpétuelle croissance. Une bonne démarche de cette ministre de terrain.

En effet, à regarder de près, les routes, ruelles et autres bretelles sont menacées de disparition. Des citoyens déversent des eaux usées sur le goudron, de l’eau savonneuse, des ordures ménagères et autres. Dans certains quartiers, en pleine capitale Conakry, on fait sa toilette matinale sur le goudron. Certains rétrécissent carrément la chaussée avec boutiques et magasins. Personne ne pipe mot. Ni le gouvernorat, ni l’Urbanisme. Ces citoyens se permettent donc de tout faire. Il y en a même qui creusent pour faire des ralentisseurs, sans aucune autorisation préalable. Ils jouent le rôle de l’Etat.

En mettant ainsi en place des textes juridiques pour corriger ces pratiques, la ministre Oumou Camara aura rendu un grand service au patrimoine routier. Pourvu que ça dure.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

A propos de l'auteur

Articles similaires