Dernières infos

Les pantalonnades de Chine et les fanfaronnades de Conakry  

Les pantalonnades de Chine et les fanfaronnades de Conakry  

J’ai aujourd’hui la certitude que le problème de la Guinée reste ALPHA CONDÉ.

Tous ceux qui l’ont approché ont compris qu’il n’a aucune compétence managériale. Qu’il ignore tout du fonctionnement de l’administration, avec le complexe de vouloir tout connaître et d’ignorer son ignorance !

Par contre ce qu’il sait faire, la seule, c’est la manipulation des populations pour atteindre ses objectifs. Aujourd’hui il a deux objectifs :

1.S’enrichir

2.Se maintenir au pouvoir.

Le récent voyage en Chine rentre dans la réalisation de ces deux objectifs.

La Chine ne s’encombre pas de précautions en matière de corruption, de dessous de tables pour favoriser la concussion. Pour faire face à ses besoins énormes de matières premières, la Chine est prête à tout compromis, toute concession.

Alpha condé qui a échoué sur toute la ligne, cherche, à l’aube de ses 84 ans et au soir de son second et dernier mandat, un justificatif à sa folie de rempiler pour un 3eme mandat.

Alors il monte avec l’artisan de la faillite de la Guinée, le très fanfarons Kassory, un stratagème qui consiste à dire que les Chinois vont, dans les 20 années à venir, injecter 20 milliards de dollars d’infrastructures. Donc le grand bâtisseur que Alpha va devenir, ne peut s’arrêter en si bon chemin. Et puisqu’avec les caisses vides de son trésor publique, on peut toujours racler les fonds de caisses, alors Alpha trouvera les vas nus pieds qui vont sillonner le pays à la recherche de supports et de suppôts pour vendre son troisième mandat.

Il s’empresse d’organiser une conférence de presse pour vendre son deal avec des journalistes triés sur le volet par son valet de chambre, le farba de service, chargé d’exécuter toutes les sales besognes

Dans un communiqué publié par la présidence de la République de Guinée, on nous apprend que « la République de Guinée a signé le 5 Septembre 2017 un accord dans le cadre du financement des projets d’infrastructures prioritaires pour une enveloppe de 20 milliards US $ couvrant une période de 20 ans (2017-2036) ».  Selon le communiqué, « ce financement est principalement adossé aux revenus miniers futurs générés par les entreprises Chinoises en Guinée ».

 Le communiqué de la présidence de la République tente de fournir une explication rassurante du deal en indiquant que « les deux parties, tirant les leçons des expériences similaires, ont décidé d’adopter une approche structurée, réaliste et progressive.  Cela se traduit par l’encrage sur les revenus des projets miniers viables, la réalisation progressive de l’enveloppe de projets prioritaires par lots, et la définition des conditions de financement soutenables » un tel verbiage fanfaronné, montre la difficulté de présenter de façon simple et claire les tenants et aboutissants de l’accord cadre dont la Guinée est la grande perdante.

Si on se fonde sur l’expérience de la pratique de la coopération Chinoise, les projets qui seront financés seront exécutés par les entreprises Chinoises qui fixent les prix des travaux lesquels seront généralement exécutés majoritairement par la main d’œuvre Chinoise ;

Les quantités, qualités et valeurs des réserves de bauxite concernées ne sont pas connues. Le schéma prévu suppose que ce soit la partie Chinoise qui fournira les informations concernant la valeur des ressources

Cette fanfaronnade ne passera pas et ne doit pas passer même au prix de nos sacrifices ultimes : 

-Parce que, au- delà des pertes des revenus induites par ce type d’accord (l’évaluation des ressources minières devraient être faites par une partie compétente et indépendante), le caractère non concessionnel des prêts chinois fait peser des incertitudes sur la viabilité et la soutenabilité de la dette extérieure de notre pays.

-Parce que de ce que l’on sait aujourd’hui de ce contrat des ressources minières contre des prêts et financements chinois, couvrant la période de 20 ans avec un rythme de décaissement de 1 milliards US $ par an, sur les vingt prochaines années, il s’agit de dettes que les générations futures devront supporter

-Parce que, même si la Chine est souvent critiquée par les Occidentaux, celle-ci est un ogre de mauvaise réputation en éthique des affaires, surtout sur le continent Africain ; et lentement mais surement l’empire du milieu avec un rapport de force démesurée est entrain de faire main basse sur les ressources minières de la Guinée dont  les autorités sont entrain de lui dérouler le tapis rouge avec une vénalité indigne

-À titre d’exemple, la principale société Chinoise qui opère dans le corridor Nord-Ouest de la zone de Boké (la SMB) avec 2 US $ la tonne de bauxite (contre 10 US $ la tonne pour CBG) est passé de 12 millions de tonnes en 2016 à 30 millions de tonnes en 2017, soit une hausse exceptionnelle de sa production de plus de 50% en l’espace d’une année et selon les responsables de ce consortium Chinois l’objectif est d’atteindre 80 millions de tonnes en 2020.Or, contrairement à la CBG et à Russal, qui  procèdent à des opérations sur la chaire avec un processus de transformation préalable (concassage, broyage, séchage avant expédition…) la SMB se contente de transporter sans aucun traitement préalable la terre rouge (le minerais) vers la Chine où se fera la transformation.  Ce sont au passage des milliers d’emplois qui sont perdus pour la Guinée. Avant la Guinée, l’Indonésie a connu les mêmes dégâts auxquels elle a décidé de mettre fin.

En effet, tous les spécialistes du secteur minier, à travers le monde savent pertinemment que le regain d’intérêt de la Chine pour la Guinée est d’ordre purement stratégique car étant intimement lié à la volonté de la Chine d’assurer l’approvisionnement de ses raffineries en bauxite pour pallier aux restrictions de son principal fournisseur, l’Indonésie, dans le but de perpétuer son hégémonie sur le marché mondial de l’aluminium.

-Parce que la dette extérieure de 20 milliards US $ portera le niveau de celle-ci à près de 300% du PIB, ce qui est un ratio anormal et exceptionnel transformant la Guinée en simple protectorat de la Chine avec toutes les conséquences possibles et imaginables.

Comme on le voit cet accord avec la Chine est un engrenage dangereux pour la Guinée.  Il doit être dénoncé et plus que toute autre action, les populations guinéennes doivent être mobilisées pour empêcher son entrée en vigueur.  C’est le plus grand crime économique commis contre notre pays

IL FAUT SE REBELLER CONTRE LE DÉSORDRE DANS LE VOL ET LA PRÉDATION DE NOTRE ÉCONOMIE déjà exsangue :

-Parce que la supercherie chinoise ne passera pas.

-Parce que les guinéens auront un sursaut pour refuser de se laisser abuser par cet incompétent de Président aveugle, entouré de sourds qui n’entendent que l’appel de l’argent. Il faut souligner qu’il vient de faire l’aveux de son incompétence en affirmant « qu’il n’a jamais géré  » avant d’être Président. Ce sera l’objet de mon prochain texte

-Parce que ceux qui ont contribués à la cooptation de Alpha comme  » Président démocratiquement élu » sont non seulement convaincus qu’ils se sont trompés mais aussi ils sont abusés et insultés par cet autocrate incompétent, inculte et excessif

-Parce que les Guinéens sont déterminés à ne pas se laisser amener à l’abattoir comme des moutons.

Alpha condé doit partir et j’invite pour ce faire le peuple à se mobiliser.

UNE INSURRECTION CITOYENNE DOIT CHASSER ALPHA CONDÉ QUI VEUT NOUS CHASSER DE CHEZ NOUS POUR INSTALLER DES BANDITS DES REBELLES DES VOYOUS ET DES MERCENAIRES  

BC TAMBOURA

Envoyé de mon iPad

 

About The Author

Related posts