Osmozis, le Wi-Fi des grands espaces

La start-up spécialisée dans l’équipement d’espaces extérieurs en Wi-Fi s’attaque au marché des communes touristiques.

En vacances, le smartphone a rejoint la brosse à dents parmi les accessoires indispensables. Comment se passer du réseau pour obtenir toutes les informations nécessaires au bon déroulement du séjour ? Le tourisme est désormais connecté, une nouvelle donne dont la start-up montpelliéraine Osmozis entend bien profiter. Créée en 2005 par le centralien Gérard Tremblay, elle s’est tout d’abord attaquée au marché des campings et des villages de vacances en les équipant de réseaux Wi-Fi. En France, 23% des campings connectés ont adopté sa technologie.

Osmozis, cotée sur Alternext depuis un an, veut désormais passer à la vitesse supérieure en connectant les communes touristiques. Risoul, dans les Alpes, Gruissan et Le Cap d’Agde, au bord de la grande bleue, offrent du réseau à leurs visiteurs grâce à des bornes Wi-Fi. L’Union européenne a en effet débloqué un budget de 120 millions d’euros pour équiper de 6 000 à 8 000 collectivités locales d’ici à 2020. Une manne pour l’entreprise, également présente en Allemagne, en Italie et en Espagne.

Votre petit plus par rapport aux autres ?

Gérard Tremblay : Nous mettons en place un réseau de bornes maillées, c’est-à-dire sans architecture centrale. C’est une technologie d’origine militaire qui permet d’obtenir une même qualité de débit sur tout l’espace couvert, sans affaiblissement du signal en périphérie. Nos concurrents équipent des lieux plus petits et souvent fermés. Nous, quand c’est grand et extérieur, on adore.

Dans dix ans, vous vendrez quoi ? 

Les réseaux que nous déployons seront alors de simples supports pour les services que nous commençons déjà à proposer, comme la vidéosurveillance ou les bracelets RFID servant de serrures connectées dans les villages de vacances. Avec le développement de l’Internet des objets, ce type de services va prendre de plus en plus d’importance dans notre business.

Votre plus grande erreur ?

Après six ans passés dans la Silicon Valley, j’ai créé une première start-up spécialisée dans la visioconférence, revendue en 2003. Cette expérience m’a permis de comprendre que l’élément essentiel dans l’entreprise n’était pas le produit, mais les êtres humains qui l’élaborent. Il vaut mieux choisir des salariés sous-qualifiés mais très motivés.

Et maintenant comme patron, vous êtes Papa Poule ou Père Fouettard?

J’ai appris que la vérité était la façon la plus simple de fonctionner, parce qu’elle donne confiance en l’autre. C’est ce qui m’a donné l’idée du nom “Osmozis”, comme l’osmose qui peut se mettre en place entre différentes personnes. C’est également valable vis-à-vis des clients. En cas de problème technique, il faut savoir reconnaître ses erreurs éventuelles. Nos clients apprécient.

En vacances, toujours connecté ?

Je reste connecté au Web pour des congés de courte durée. Mais, une fois par an, je coupe pendant trois semaines pour faire des voyages au bout du monde. Je reste toutefois joignable par téléphone.

Osmozis, les vacances connectées

20 000 bornes Wi-Fi installées

80 salariés

8,7 millions d’euros de chiffre d’affaires

https://lexpansion.lexpress.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.