Dernières infos

Nouveau Code électoral : Alpha Condé parle de la prochaine promulgation

Nouveau Code électoral : Alpha Condé parle de la prochaine promulgation

Le Chef de l’Etat a demandé au gouvernement d’assurer un suivi de la mise en forme du Code électoral au niveau de l’Assemblée Nationale conformément à l’arrêt de la Cour constitutionnelle afin de finaliser les formalités de promulgation. C’est le porte-parole du gouvernement qui a fait l’annonce, ce jeudi, à Conakry.

Cette annonce intervient au moment même où l’opposition républicaine tient son meeting à Kaloum pour informer et sensibiliser les militants sur les prochaines marches pacifiques. On le sait, le Code électorale révisé a créé une vive polémique.

« Le RPG dit non parce que cette loi sur le code électoral amendé porte des germes de contentieux. La Cour a intérêt qu’il y ait des contentieux électoraux parce que cela lui permet d’avoir de l’argent. Alors, cela ne marchera pas, c’est une escroquerie ». Voilà en effet, ce que pense Otis Keira du RPG. Les hommes en toge ont vite réagi. Et manifestement, aucune action n’est plausible contre Otis, parce que la Justice étant ce qu’elle est : aux ordres. Certains estiment que ledit Code est taillé sur mesure.

Faux réplique un député de la mouvance. Pour Damaro Camara, « On n’a pas taillé sur mesure. Il n’y a pas que l’UFDG et le RPG à l’Assemblée nationale mais nous avons cru éviter ainsi des listes farfelues mais on nous dit que ça brisait l’égalité de départ entre

toutes les listes et que c’était inconstitutionnel. A partir du moment où la Cour constitutionnelle a rendu cet arrêt, le débat est clos. » Selon lui, il ne reste plus au cabinet juridique du président de la République que de faire la mise en forme pour soumettre à la signature à la promulgation et la loi en tant que telle s’imposera à tout le monde. Peu rassurant pour certains observateurs.

Actuellement donc, Alpha Condé s’impatiente de promulguer ledit Code. C’est du moins, ce qui ressort du Conseil des ministres le jeudi dernier. On s’achemine donc vers la satisfaction d’un autre point de friction mettant en mal pouvoir et opposition.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

A propos de l'auteur

Articles similaires