Monnaie mobile : le kényan M-Pesa conclut un partenariat avec Western Union

L’accord conclu entre M-Pesa et Western Union permet aux utilisateurs de cette plateforme de paiement mobile d’effectuer des transferts dans le monde entier grâce au réseau du groupe américain, dans un contexte où le marché des envois de fonds des migrants devient plus concurrentiel.

Le service de monnaie mobile kényan M-Pesa a annoncé le 7 novembre, par la voix de sa maison-mère Safaricom, avoir conclu un partenariat avec Western Union qui permet désormais à ces utilisateurs d’effectuer des transferts d’argent dans le monde entier.

Cette nouvelle déclinaison de M-Pesa, M-Pesa Global, « permet immédiatement aux clients d’envoyer de l’argent à plus de 500 000 agents de Western Union à travers le monde ». Les virements à destination de comptes au sein de banques émiraties, britanniques et allemandes sont également disponibles. Des transferts vers d’autres pays seront déployés dans les semaines à venir.

Accords avec PayPal, WorldRemit et HomeSend

Des accords ont déjà été conclus avec PayPal, WorldRemit et HomeSend. Lancé en mars 2007, 21 millions de personnes utilisent aujourd’hui M-Pesa. Plus de 1,7 milliard de transactions sont effectuées annuellement, représentant 50 % du PIB du Kenya. M-Pesa est disponible dans 10 pays : en Afrique (Kenya, Tanzanie, Afrique du Sud, Mozambique, Lesotho, RDC, Ghana, Égypte), en Europe (Albanie) et en Asie (Inde).

D’après la Banque mondiale, les transferts effectués par des migrants à destination du Kenya ont atteint 2 milliards de dollars en 2017, soit une hausse de 13 % en un an. Cette même année, les envois des travailleurs migrants au départ du Kenya ont dépassé les 36 millions de dollars, soit un taux de croissance de 13 %.

Hausse de la concurrence et baisse des coûts

Ce partenariat va permettre à Western Union de renforcer sa position sur le marché du transfert de monnaie par les migrants, qui est devenu plus concurrentiel ces dernières années, avec l’entrée de fintech telles que WorldRemit. Ainsi, le chiffre d’affaires de Western Union pour la région Moyen-Orient, Afrique et Asie du Sud a chuté de 8 % en 2017, tandis que le nombre de transactions a reculé de 10 %.

« Par le passé, nous avons mis en œuvre et continuerons probablement de mettre en œuvre des réductions de prix de temps à autre en réaction à la concurrence et à d’autres facteurs », précise le rapport annuel. D’après la Banque mondiale, le coût d’un transfert à destination de l’Afrique subsaharienne atteignait 8,96 % du montant au troisième trimestre 2018. La moyenne globale se situe à 6,94 %.

https://www.jeuneafrique.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.