«Marches pour la dignité» : une trouvaille qui colle mal à la peau

Cette appellation colle mal à la peau. «Marches pour la dignité» ? C’est quoi vraiment ce machin trouvé par les Forces sociales guinéennes pour contraindre le gouvernement à revoir sa copie ? C’est incompréhensible.

Néanmoins, les Forces Sociales de Guinée (FSG) se disent, dans une déclaration, déterminées à « poursuivre leur combat pour la justice sociale et contre la mauvaise gouvernance de notre pays, les FSG dont le seul et l’unique but est de ramener le prix du carburant à 8000GNF,  appellent à plus d’engagement et de détermination en vue d’une participation citoyenne massive aux prochaines étapes de notre lutte. » A ce titre, cette plateforme qui n’a ni assise juridique, ni porte-parole, mais bâtie sur des états d’âme entend manifester lundi 23  et le jeudi 26 juillet 2018 sur toute l’étendue du territoire national.

Ces manifs dénommées «Marches pour la Dignité» ou « LASSIRIYA »  selon un communiqué, « sont une protestation pacifique et citoyenne contre l’injustice sociale érigée en système de gouvernance au détriment du peuple souverain de Guinée. » Elles risquent quand même de se heurter contre le pouvoir. Kassory Fofana veut « consolider l’État de droit, de promouvoir la démocratie, d’assurer la sécurité et la cohésion sociale pour asseoir l’autorité de l’État qui fait cruellement défaut aujourd’hui, et rendre à terme l’action publique plus efficace et plus forte ».

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.