Lutte contre le paludisme : Des groupes d’Actions Communautaires lancés à Boké

La Coordination régionale du projet Stoppalu+, grâce à l’appui financier de l’USAID-Guinée, a officiellement lancé jeudi, 17 mai 2018 des groupes d’actions communautaires (GAC)  avec pour ambition d’appuyer les comités de santé et d’Hygiène évoluant au niveau des 13 districts sanitaires de la Région administrative (RA) de Boké.

La rencontre a mobilisé les autorités locales, leaders des confessions religieuses, des secrétaires généraux des communes urbaines et rurales, des sous-préfets, chefs des centres de santé, agents des 13 centres de santé, représentants de l’Administration scolaire, des ONG, projets ainsi que des institutions nationales et internationales basés dans la Région de Boké.

Par le biais de ce projet, la Coordination régionale Stoppalu+ entend promouvoir les activités communautaires dans les zones d’intervention et proposer des stratégies pour la mise en place des organisations à base communautaire en accord avec la politique nationale en vue d’un meilleur recours aux services sanitaires dans la Région de Boké.

Dans son souhait de bienvenue, le secrétaire général des collectivités décentralisées de Boké, Jean Béavogui, a indiqué que la santé des communautés dépend aussi, de l’apport des partenaires au développement.

Le Coordinateur régional du projet Stoppalu+, Dr Mamadou Sitan Kéita s’est réjoui de l’engagement des autorités locales avant de faire savoir que la RA de Boké, en termes de lutte contre le paludisme, est passée de 24%  en 2012 à 08% en 2016.

Le gouvernement américain a-t- il informé, «a renouvelé son assistance en faveur de la Guinée pour une durée de 5 ans avant d’indiquer que l’appropriation communautaire constitue pour eux, un leitmotiv dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau projet consistant le soutien à la prévention, à l’intégration et à l’engagement des autorités locales et des communautés dans la lutte contre le phénomène.

Il faut la mise en place des groupes d’action multi sectoriels pour identifier les problèmes assaillent les communautés.

Le projet stoppalu+ mettra des moyens nécessaires à la disposition des GAC pour une bataille rangée contre le paludisme dans la RA de Boké.

Pour la DPS, Dr Finda Solange Kamano, «Le lancement des GAC en appui aux comités de santé d’hygiène nous offre l’opportunité de porter un regard responsable dans le cadre de la prévention et la prise en charge des maladies.

Le paludisme a-t-elle souligné, «nous pose d’énormes problèmes en termes de décès des communautés exposées aux effets dévastateurs du paludisme.»

De son côté, le directeur régional de la Santé (DRS), Dr Mamadou Djouhé Barry a plaidé pour le renforcement de l’engagement communautaire, l’utilisation des moustiquaires imprégnées dans les ménages, l’implication des agents des services techniques pour réussir la politique du Ministère de la Santé et des Groupes d’Actions Communautaires (GAC).

Lançant les activités des GAC, le directeur de Cabinet du Gouvernorat de Boké, El Hadj Baba Dramé a déclaré : «Nous avons beaucoup parlé du paludisme qu’il nous tue et ravage nos populations.»

Au finish, le directeur de Cabinet il a salué le gouvernement guinéen pour avoir adopté de nouvelles stratégies pour lutter, de manière efficiente contre le fléau avec une nouvelle appellation Stoppalu+ et des groupes d’actions communautaires (GAC).

A noter que les GAC ont pour mission principale: la mobilisation communautaire, l’assistance des services techniques déconcentrés en vue de proposer des pistes de solutions aux problèmes des communautés pour dit-on, l’amélioration continue des services ou des structures sanitaires de la Région de Boké.

Mamadouba Camara, www.kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.