Ligue des champions: même battu, Liverpool rejoint le Real en finale

Le FC Liverpool s’est qualifié pour la finale de la Ligue des champions ce mercredi 2 mai malgré sa défaite sur le terrain de l’AS Roma (4-2) lors de la demi-finale retour. Sadio Mané et Georginio Wijnaldum ont inscrit les deux buts des Reds. La Roma sort la tête haute. Pour Liverpool, place désormais à la grande finale face au Real Madrid, le 26 mai à Kiev !

Liverpool est bien le meilleur spécialiste anglais de la Ligue des champions. Après deux saisons d’affilée sans disputer la C1, revoilà les Scousers en finale. Les Reds, déjà sacrés à 5 reprises (en 7 finales), vont viser une 6e couronne à Kiev, en Ukraine, dans quelques semaines. Ils ont obtenu leur billet pour la finale en éliminant l’AS Roma à l’issue d’une double confrontation très accrochée en demi-finale.

Vainqueur à l’aller à Anfield Road le 24 avril (5-2), Liverpool s’est incliné au retour ce mercredi 2 mai (4-2). Une défaite sans conséquence toutefois car l’avantage pris à l’aller a fait la différence. Sur l’ensemble des deux matches, le club de la Mersey passe pour un petit but (7-6). Mais en Italie, Liverpool a fait preuve de sérieux pour éviter un scénario à la FC Barcelone, scalpé au tour précédent par ces Italiens. Seules les dernières minutes ont été un peu délicates.

Mané lance Liverpool

Les visiteurs, pas impressionnés par l’ambiance du Stadio Olimpico, ont rapidement douché les espoirs romains. Tout est parti d’une récupération de James Milner. Roberto Firmino a mené le contre et Sadio Mané, en duel avec Allison Becker, a parfaitement conclu du gauche (9e).

Le Sénégalais, très en jambes ce soir, a fait beaucoup de mal à la défense de la Roma. Si Mohamed Salah – sifflé par son ancien public – a été moins brillant qu’au match aller, Sadio Mané a assuré le spectacle. C’est l’un des nombreux aspects positifs d’un trident aussi performant que Salah-Firmino-Mané : si l’un d’eux est un peu moins bien, un autre peut prendre le relai. A Rome, c’est le Lion de la Téranga qui a soulagé Liverpool d’entrée.

Les Reds font la différence

La Roma n’a toutefois pas abandonné. Et c’est avec un coup du sort que la Louve est vite revenue. Dans sa surface, Dejan Lovren a dégagé son camp et envoyé le ballon… dans la tête de son malheureux coéquipier James Milner, qui a vu le cuir terminer sa course au fond des filets après ce ricochet (15e).

Le spectre du retour d’enfer des Romains a encore été repoussé par Liverpool. Sur corner, Georgino Wijnaldum a récupéré une offrande inattendue d’Edin Dzeko et a redonné l’avantage aux siens de la tête (25e). Il fallait alors quatre buts à l’AS Roma pour au moins arracher la prolongation. Il n’y en a finalement eu que trois.

Nainggolan pour l’honneur

Après la pause, Edin Dzeko a redonné espoir au peuple romain (52e). Puis, pendant longtemps, la Roma s’est cassée les dents sur la défense des Reds. Ce n’est qu’en fin de rencontre que le verrou a sauté, comme c’est souvent le cas avec cette équipe de Liverpool, talentueuse mais incapable de rester sereine jusqu’au bout.

Radja Nainggolan a permis aux Giallorossi de prendre enfin l’avantage grâce à l’une de ses grosses frappes lointaines dont il a le secret (86e). Le Belge a inscrit un dernier but sur penalty après une main de Ragnar Klavan dans la surface (90+4e). Il ne manquait alors plus qu’un but pour que la Roma s’offre une prolongation, mais l’arbitre, M. Damir Skomina, a sifflé la fin du match sur le coup denvoi. Les Romains lui reprocheront deux actions où il aurait peut-être pu accorder un penalty aux joueurs d’Eusebio Di Francesco.

Liverpool, dernier club à avoir battu le Real en finale

Cette Roma a été courageuse et a bien failli réussir un nouvel exploit. Mais 34 ans après sa finale perdue face à Liverpool au Stadio Olimpico (cruel clin d’œil), la Louve s’arrête aux portes du rendez-vous de Kiev. Elle quitte la compétition et peut être fière de son parcours, elle qui a résisté à l’Atlético de Madrid et à Chelsea, elle qui a renversé le FC Barcelone et qui a enfin tenu la dragée haute à Liverpool.

Les Reds de Jürgen Klopp, eux, défieront l’ogre madrilène le 26 mai prochain dans la capitale de l’Ukraine. Le Real Madrid, vainqueur des deux dernières éditions et en quête d’un 13e sacre, a sorti le Bayern Munich mardi. Ce sera le 16e finale du club espagnol. La dernière fois qu’il s’est incliné à ce niveau, c’était en 1981, à Paris. Et c’était face à… Liverpool.

RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.