« Le SLECG n’est pas un jeu d’enfants » prévient Louis M’Bemba Soumah

Le SLECG version Sy Savané a tenu son 6ème congrès ce 16 mai à l’ENAM, en présence des membres de l’USTG, la centrale syndicale à laquelle il est affilié.

Après avoir présenté le bilan des activités, Sy Savané  a déclaré que son camp est légalement le SLECG et que personne d’autre ne peut donner les preuves d’avoir à sa guise des commandes qui font de l’intéressé le justicier autoproclamé incontournable.

Le Secrétaire général de l’USTG, estime pour sa part que « Le SLECG n’est pas un jeu d’enfants, où n’importe qui, n’importe comment, peut s’approprier la paternité de l’organisation sans tenir compte des textes juridiques qui régissent son fonctionnement. »

S’adressant à ses collègues syndicalistes, Louis M’Bemba Soumah,dira qu’ « Il est temps de prendre notre destin en main à travers une plus grande solidarité pour se défendre et défendre ses intérêts. Ainsi, à travers cette fédération, nous entendons nous organiser davantage en vue de protéger nos adhérents et leurs familles, en leur assurant de meilleures conditions de travail, de santé, d’hygiène et de protection sociale… ».

Déjà, le camp d’Aboubacar Soumah, qui accuse le gouvernement des manœuvres tendant à le disqualifier avec son groupe, menace de déclencher une grève dès le lundi 21 mai, si jamais le Congrès de Sy Savané se tient et porte le nom de SLECG.

« Nous n’excluons pas de demander le départ d’Albert Damantang Camara, le ministre du Travail, qui entretient le camp de Sy Savané », a prévenu Aboubacar Soumah, au sortir d’une assemblée générale extraordinaire du SLECG, ce mercredi à son siège à Donka.

Comme on le voit, les deux camps se radicalisent dans leurs positions et la semaine qui s’annonce est très incertaine.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.