Le RPG livre le SLECG et égratigne les Universités privées

« L’année dernière, l’Etat a versé 1 300 milliards GNF aux Universités privées où les fondateurs ont fait des fausses déclarations sur le nombre des étudiants reçus. Quand les cadres des Universitaires agissent de cette façon nébuleuse, il y a un problème. »

Le RPG égratigne ainsi les Universités privées, alors que le rapport qui fait état de cette surestimation présumée n’a pas été soumis aux fondateurs. Mais, une façon de nuire et de jeter en pâture le privé. Au moment même où le gouvernement s’engage à éteindre les Universités, en n’y envoyant aucun boursier de l’Etat.

Le parti au pouvoir, par la voix de Damaro Camara, s’est par ailleurs offert le SLECG : « Je suis d’accord qu’on paie 20 millions GNF à chaque enseignant. Mais à quel enseignant ? Des gens qui ne sont jamais en classe ? Même parmi vous les journalistes, il y a des enseignants qui ont abandonné les cours et qui continuent à percevoir les salaires d’enseignant ! Beaucoup d’entre vous  ont eu accès à la Fonction Publique à travers le concours d’accès à l’enseignement ! Certains sont affectés à Koundara. Ils perçoivent leurs salaires et leurs primes de dépaysement. Mais ils n’y sont pas ! Ils sont tous ici à Conakry en train de travailler dans les radios, dans les journaux et dans les sites. Tenez-vous bien ! Depuis que le Président Alpha Condé est arrivé au pouvoir, les salaires ont doublé. Et pour quel enseignement ? Pour former qui ? Des littéraires ? L’Etat joue sa partition. »

Aboubacar Soumah appréciera avec ses camarades syndicalistes. Une telle sortie radicalise, mais ce n’est pas Damaro qui en paie les frais, mais, le régime de Conakry qui en sort terni.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.