Le café est bon pour le cœur : on a compris pourquoi

La consommation de caféine est associée à un risque moindre de maladies comme le diabète de type 2, les maladies cardiaques, l’AVC, mais le mécanisme moléculaire était jusqu’à présent peu clair. Une étude allemande montre que la caféine favorise l’activité des mitochondries et protège les cellules cardiaques de dommages.

Ce petit café qui vous tient éveillé est-il bon pour le cœur ? Pas de souci ! Des chercheurs allemands apportent une nouvelle preuve que la caféine peut avoir des bénéfices pour la santé. D’après les auteurs de cette étude parue dans Plos Biology, les effets cardioprotecteurs sont atteints à une concentration de caféine équivalente à la consommation de quatre tasses de café !

Auparavant, les auteurs avaient montré que la caféine améliorait le fonctionnement des cellules endothéliales qui tapissent l’intérieur des vaisseaux sanguins, et que cet effet impliquait les mitochondries, c’est-à-dire les usines énergétiques des cellules. Ici, ils se sont intéressés à l’action de la protéine p27, une molécule présente dans le noyau des cellules et connue pour inhiber le cycle cellulaire. Des souris qui possèdent une mutation de p27 ont une mortalité plus élevée après un infarctus du myocarde, ce qui suggère un lien entre cette protéine de contrôle et la santé cardiaque.

P27, aussi appelée CDKN1B (cyclin-dependent kinase inhibitor 1B), peut aller dans le cytoplasme de la cellule. Mais cette nouvelle recherche montre que, dans les cellules cardiaques, la caféine favorise le déplacement de p27 vers les mitochondries, ce qui déclenche une cascade d’évènements : le fonctionnement des mitochondries est stimulé et les cellules cardiovasculaires protégées de dommages.

Les mitochondries sont les usines énergétiques de la cellule et produisent de l’ATP grâce à la respiration cellulaire. © Tatiana Shepeleva, Fotolia

La protéine p27 stimule la mitochondrie et protège les cellules cardiaques

La protéine p27 mitochondriale entraîne différents bénéfices :

  • elle augmente le contenu en ATP, une molécule énergétique indispensable au fonctionnement cellulaire ;
  • elle favorise la migration des cellules de l’endothélium vasculaire ;
  • elle protège les cellules cardiaques de la mort cellulaire, ou apoptose.

De plus, la p27 mitochondriale stimule la conversion de fibroblastes cardiaques en cellules contenant des fibres contractiles. Ce processus de différenciation permet une réparation du muscle cardiaque après un infarctus. Ceci expliquerait que la caféine réduise la taille de la zone lésée après un infarctus chez des souris. De manière générale, la caféine est protectrice contre les dommages cardiaques chez des souris âgées, obèses et prédiabétiques.

Ces résultats devraient conduire à de meilleures stratégies pour protéger le muscle cardiaque.

Judith Haendeler, professeur à l’université de Düsseldorf (Allemagne), l’une des auteurs de cette recherche, a expliqué dans un communiqué : « Nos résultats indiquent un nouveau mode d’action pour la caféine ». Ce mode d’action « favorise la protection et la réparation du muscle cardiaque grâce à l’action de la p27 mitochondriale. Ces résultats devraient conduire à de meilleures stratégies pour protéger le muscle cardiaque contre les dommages, y compris la prise en compte de la consommation de café ou de la caféine comme facteur diététique supplémentaire dans la population âgée ».

Ces travaux ouvrent aussi de nouvelles pistes thérapeutiques : l’amélioration du fonctionnement de la protéine p27 mitochondriale pourrait apporter des bénéfices aux patients souffrant de maladies cardiovasculaires.

  • La consommation de café limite les maladies cardiovasculaires.
  • Des chercheurs allemands ont observé que la caféine favorise le déplacement d’une protéine appelée p27 vers les mitochondries de la cellule.
  • Les effets bénéfiques pour le système cardiovasculaire sont observés pour une consommation de quatre tasses de café.

https://www.futura-sciences.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.