L’appendicite

L’appendicite est une inflammation soudaine de l’appendice — une petite excroissance en forme de ver (appendix vermiformis) située au début du gros intestin, du côté inférieur droit de l’abdomen. L’appendicite est souvent le résultat d’une obstruction de cette petite structure anatomique par des matières fécales, du mucus ou un épaississement du tissu lymphoïdeprésent. Elle peut aussi être causée par une tumeur qui obstrue la base de l’appendice. L’appendice devient alors enflé, colonisé de bactéries et peut éventuellement commencer à se nécroser.

 

Un organe inutile? Pendant longtemps, on a cru que l’appendice n’avait aucune utilité. On sait maintenant qu’il produit des anticorps (immunoglobuline) comme plusieurs autres organes. Il joue donc un rôle dans le système immunitaire, mais comme il n’est pas seul à fabriquer des anticorps, son ablation n’affaiblit pas les défenses immunitaires.

 

L’appendicite doit être traitée rapidement, sans quoi l’appendice pourrait se rompre. Cette situation cause habituellement une péritonite, c’est-à-dire une infection du péritoine, la mince paroi qui entoure la cavité abdominale et qui contient les intestins. Une péritonite peut, dans certains cas, être fatale et requiert une intervention médicale d’urgence.

 Quand consulter

Si vous ressentez une douleur vive et persistante au bas de l’abdomen, près du nombril ou plus à droite, accompagnée de fièvre ou de vomissements, rendez-vous aux urgences.

Chez les enfants et les femmes enceintes, l’emplacement de l’appendice peut varier légèrement. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un médecin.

Avant de vous rendre à l’hôpital, évitez de boire. Cela pourrait retarder une intervention chirurgicale. Si vous avez soif, humectez-vous les lèvres avec de l’eau. Ne prenez pas de laxatifs : ils pourraient augmenter les risques d’éclatement de l’appendice

Symptômes

Les symptômes de l’appendicite peuvent varier légèrement d’une personne à l’autre et évoluer dans le temps Les premiers symptômes de douleur se manifestent généralement près du nombril et évoluent graduellement vers la partie inférieure droite de l’abdomen ;

  • La douleur s’accentue progressivement, habituellement sur une période de 6 à 12 heures. Elle finit par se localiser à mi-chemin entre le nombril et l’os pubien, du côté droit de l’abdomen.

Lorsqu’on presse sur l’abdomen près de l’appendice et qu’on relâche la pression soudainement, la douleur s’accentue. La toux, un effort comme la marche ou même la respiration peuvent aussi aviver la douleur.

La douleur est souvent accompagnée des symptômes suivants :

  • Nausées ou vomissements ;
  • Perte d’appétit ;
  • Faible fièvre ;
  • Constipation, diarrhée ou gaz ;
  • Ballonnement ou rigidité à l’abdomen.

Chez les jeunes enfants, la douleur est moins localisée. Chez les adultes plus âgés, la douleur est parfois moins vive.

Si l’appendice se rompt, il arrive que la douleur s’apaise momentanément. Toutefois, l’abdomendevient vite ballonné et rigide. À ce stade, il s’agit d’une urgence médicale.

Personnes à risque

  • La crise survient le plus souvent entre l’âge de 10 et 30 ans ;
  • Les hommes sont légèrement plus à risque que les femmes.

Prévention

Une alimentation saine et diversifiée facilite le transit intestinal. Il est possible, mais non prouvé, qu’une telle alimentation diminue le risque de crise d’appendicite.

Traitements médicaux

Il arrive parfois (dans 15 à 20 % des cas) que l’ablation de l’appendice révèle qu’il était normal. Cette situation est attribuable au fait qu’il est souvent difficile d’établir un diagnostic précis et que le risque de passer à côté d’une appendicite – avec les dangereuses complications que cela entraîne – rend inévitable un certain pourcentage d’erreurs. Mais l’ablation de l’appendice n’entraîne aucun effet secondaire indésirable.

Seule une intervention chirurgicale permet de traiter une crise d’appendicite.

Selon la gravité de l’infection, les patients pourront quitter l’hôpital le lendemain ou dans les jours suivant leur opération. L’incision guérit en l’espace de quelques semaines.

Approches complémentaires

Les approches complémentaires n’ont aucune place dans le traitement de l’appendicite.

Dans le cadre de sa démarche de qualité, Passeportsanté.net vous propose de découvrir l’opinion d’un professionnel de la santé. Le Dr Mathieu Bélanger, chirurgien, vous donne son avis sur l’appendicite :

 

L’appendicite est une affection fréquente. Bien qu’elle se produise habituellement entre l’âge de 10 et 30 ans, elle peut survenir à n’importe quel âge. La plupart des gens récupèrent rapidement et complètement après leur traitement chirurgical. Toutefois, un diagnostic retardé peut mener à une rupture de l’appendice et à une péritonite, ce qui augmente considérablement le risque de complications et influe sur la durée des traitements et de la récupération.

Les risques de mortalité ne sont pas très élevés de nos jours. Toutefois, ils demeurent présents dans des cas graves et chez des gens souffrant de plusieurs problèmes de santé.

Le diagnostic peut être posé lors d’une consultation médicale, mais de plus en plus d’examens radiologiques sont utilisés pour le rendre plus facile. Le traitement chirurgical de l’appendicitese fait de plus en plus par voie laparoscopique, bien qu’une approche classique soit tout aussi appropriée. La complication la plus fréquente à la suite d’une appendicite est l’infection du site chirurgical. Son traitement ne nécessite habituellement pas de chirurgie supplémentaire.

Il est important de retenir qu’un diagnostic précoce peut éviter plusieurs complications et que consulter un médecin en cas de doute constitue la chose à faire.

Dr Mathieu Bélanger, chirurgien

https://www.passeportsante.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.