« L’Afrique libre ou la mort », le livre de Kemi Seba préfacé par 6 figures internationales

Prévu pour sortir le 29 juin 2018, « L’Afrique libre ou la mort », le nouveau livre de l’activiste panafricaniste, Kemi Seba, suscite déjà beaucoup d’intérêts. Si pour les uns, le titre du livre est le reflet du combat que mène l’homme avec détermination pour la souveraineté africaine ; pour les autres, c’est la capacité de Kemi Seba a s’entouré de figures internationales pour son œuvre qui retient l’attention.

Présenté comme le récit politique aussi brutal que réel du combat épique mais périlleux de la nouvelle génération panafricaniste s’opposant à la Françafrique et aux autres forces prédatrices exogènes au XXIème siècle, le nouveau livre de Kemi Seba est préfacé par six (06) personnalités de référence, chacun dans son domaine. Il s’agit du mauritanien Biram Dah Abeid, du russe Alexandre Douguine, du guadeloupéen Elie Domota, de l’argentin Pedro Biscay, des béninois Ganiou Soglo et Djimon Hounsou et du français Nicolas Anelka.

Militant mauritanien des droits de l’homme, Biram Dah Abeid est un homme politique, figure historique de la lutte contre l’esclavage en Mauritanie et dans le monde arabe. En 2008, il fonde l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA). Emprisonné à plusieurs reprises, il a reçu en 2013 le prix des droits de l’homme des Nations unies. Il est, pour beaucoup, considéré comme le Martin Luther King du 21ème siècle en Afrique.

Alexandre Douguine est un géopoliticien russe, philosophe,  conseiller stratégique de la Douma (parlement russe) et de l’Académie militaire de Moscou. Il est considéré comme l’idéologue le plus influent de Russie. Sa vision anti-impérialisme Occidental lui a valu d’être qualifié aux Etas Unis comme étant l’un des philosophes les plus dangereux de la planète. Le journal français « Le Figaro » dira même de lui : « À l’évidence, l’influence de Douguine est considérable […] Dans ses derniers discours, le président [Poutine] adopte ses thématiques et même sa phraséologie. C’est effrayant ».

Considéré comme l’élément central ayant organisé la révolte contre le pouvoir colonial français dans toute la Caraïbe francophone en 2009, Élie Domota est un militant révolutionnaire guadeloupéen, indépendantiste, syndicaliste, porte-parole du LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon, signifiant Ensemble Contre la Profitasion en français) et secrétaire général de l’UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe), syndicat majoritaire de la Guadeloupe.

Pedro Biscay  est un avocat argentin spécialisé dans le crime économique. Militant péroniste prônant l’alliance tricontinentale,  il a été  durant plusieurs années le directeur de la Banque centrale d’Argentine. Il est le Fondateur du Centre de recherche et de prévention du crime économique.

Acteur americano-béninois, réalisateur et mannequin international. Djimon Hounsou est connu pour ses rôles dans Gladiator, Amistad, Blood Diamond, The Island, Forces spéciales ou Never Back Down. Il s’apprête à sortir un film sur le Roi Béhanzin, et un documentaire sur le Vodoun. Ganiou Soglo est le fils de l’ancien président de la République du Bénin Nicéphore Soglo. Ministre de la Culture au Bénin de 2008 à 2011, il est considéré comme le pygmalion de la vie culturelle béninoise.

Icône des banlieues françaises et d’une partie de la jeunesse noire d’Afrique ou des Caraïbes en raison de son anti conformisme, Nicolas Anelka est un ancien footballeur international, surnommé l’enfant terrible du  football français.

Rappelons que Kemi Seba est auteur de trois essais sur le néocolonialisme (Supra Négritude en 2013, Black Nihilism en 2014 et Obscure Époque en 2016). Il œuvre depuis plusieurs années à la popularisation des idées panafricanistes et anti-impérialistes en Afrique francophone. A ce titre, il ne rate aucune occasion pour dénoncer les maux qui gangrènent, selon lui, les sociétés africaines : le « colonialisme exogène des ONG et des chancelleries occidentales », « la Françafrique » et « le francs cfa ».

Pour Kemi Seba, tous les dirigeants africains qui se seront opposés au combat de souveraineté populaire de leur Etat seront considérés légitimement comme des ennemis des sociétés civiles, et seront combattus (politiquement, intellectuellement) par la rue. « Nous avons la terre la plus riche du monde, la jeunesse la plus dense et prometteuse, mais les dirigeants les plus corrompus », avait-il écrit le 14 avril 2017 dans sa tribune intitulée : « chers dirigeants, nous vous remercions pour votre lâcheté ».

Il est à noter que le 30 juin 2018, une séance de vente dédicace du livre « L’Afrique libre ou la mort » sera organisé en France au N&F Store, 14 passage de la tannerie 93200 Saint Denis.

www.benintv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.