La SOGUIPAH toujours gérée l’actuelle ministre Mariama Camara?

Selon un calendrier bien ficelé, le parafeur de la SOGUIPAH est acheminé sur la table de l’actuelle ministre de l’Agriculture de Guinée, Mariama Camara. Celle qui a géré à sa façon cette société dans la plus grande opacité continue de jouer le rôle qui ne devrait plus être le sien : DG de la SOGUIPAH.

Des sources dignes de foi rapportent que cette dame que rien ne semble ébranler continue de gérer cette société presque devenu son éponyme, par extension. Cette mainmise sur la SOGUIPAH est connue par certains hauts perchés de l’administration publique. Seulement, elle étouffe l’éclosion de nouveaux talents, de nouvelles ressources. Mais aussi, la posture facilite à l’actuelle ministre de continuer les saignées financières à son compte. Une caisse noire en quelque sorte afin d’élargir et d’assurer ses arrières. Cette information vient au moment même où cette même dame est «condamnée à 20 mois de prison avec sursis et 12.000 euros d’amende, ainsi que plus de 300.000 euros de confiscation », comme le rapporte la presse bruxelloise.

Tout est lié à un dossier dit «la galaxie Socfin » Selon la presse belge – Lecho.be-, la juge Anne Carlier a estimé que les sociétés du groupe belge Socfin, géant mondial du caoutchouc et de l’huile de palme, avait, via ses dirigeants, organisé un système de corruption pour s’attirer les faveurs des autorités publiques guinéennes, dans les années 2000.Socfin est détenu à 38,7% par l’industriel français Vincent Bolloré, ami proche d’Hubert Fabri et lui aussi inculpé pour corruption pour des faits présumés notamment commis en Guinée. Le tribunal a considéré que Mariama Camara, « en sa qualité de fonctionnaire publique, a sollicité auprès du groupe Socfin une rémunération » et que « Socfin a proposé un schéma de paiement ».

Nous y reviendrons.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.