La planche à billets pour financer le 3è mandat ?

Depuis l’annonce par la BCRG de la circulation de nouveaux de 20 mille GNF, des langues se délient et évoquent une subtile astuce du gouvernement pour produire des billets afin de financer le 3è mandat voulu mais non déclaré par Alpha Condé.

Il n’en fallait pas plus pour que la BCRG sorte de son mutisme pour éclairer la lanterne. Et c’est par la voix la plus autorisée. Il s’agit de Baidy Aribot.

Extrait : « Ce pays est vraiment spécifique. On a besoin d’éducation, on a besoin d’informer les gens surtout vous au niveau de la presse. On aime politiser tout dans ce pays. Ce n’est pas une bonne chose. Tout est devenu un problème de troisième mandat. Or, il faut dire à ces gens que la BCRG est la Banque de l’Etat. L’Etat guinéen est une institution publique qui est pérenne. Ceci étant, la BCRG n’agit pas en fonction des aléas de la politique politicienne du moment. Elle agit plutôt pour répondre aux besoins de la politique économique et monétaire. Nous travaillons pour rendre sain l’environnement économique du pays avec des actions concrètes dans la consolidation des fondamentaux de notre économie, en ayant comme objectif la lutter contre l’inflation et la stabilisation de notre monnaie par rapport aux monnaies étrangères, entre autres », explique le vice-gouverneur.

Avant d’ajouter sur Africa Guinée : « Souvent les gens confondent les fabrications de billets de banque à la notion de planche à billet. Certes, il y a un lien, mais ce lien est insignifiant. La fabrication des billets de banque est plutôt liée à l’assainissement de la circulation fiduciaire. Quant à la planche, c’est une notion qui se rapporte plus aux conséquences néfastes d’une politique budgétaire mal maitrisée. Elle s’explique par une création monétaire excessive sans contrepartie dans l’Economie du pays. » Aux politiciens hantés par le prétendu 3è mandat, il lance : « Nous émettons toute la monnaie fiduciaire guinéenne en fonction des besoins de l’Economie. Non pas pour gérer la susceptibilité des politiciens qui ont peur d’un mandat supplémentaire en faveur du Président Alpha Condé. »

Les jours et semaines à venir on sera édifiés.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.