La Maison-Blanche envoie une lettre à une enseignante, qui la renvoie corrigée

Yvonne Mason, enseignante à la retraite, a fait le buzz sur Facebook en postant la photo d’une lettre de la Maison-Blanche truffée de fautes.

Elle est enseignante à la retraite mais a gardé ses réflexes professionnels. Yvonne Mason, ancienne professeure d’anglais, n’a pu s’empêcher de corriger une lettre que lui a adressé la Maison-Blanche avant de la renvoyer à l’expéditeur, a rapporté dimanche le New York Times.

Comme une copie d’élève. Tout commence par une lettre écrite par Yvonne Mason, 61 ans, originaire d’Atlanta, à Donald Trump. Elle lui demande de rendre visite aux familles des 17 victimes de la fusillade survenue à Parkland en Floride en février dernier. Elle finit par recevoir une réponse début mai. Mais le regard affûté de l’ancienne enseignante a tout de suite repéré de nombreuses fautes. Après correction, elle a posté sur Facebook une photo de la lettre à en-tête de la Maison-Blanche, ressemblant alors à une copie d’élève, avant de la renvoyer à Washington.

La forme… Orthographe, grammaire… rien ne va dans ce courrier à en croire Yvonne Mason et notamment l’emploi inadéquat des majuscules sur les mots « nation » et « fédéral ». Elle s’est même permise d’écrire en haut de la lettre : « avez-vous déjà essayé le correcteur automatique ? ».

… mais aussi le fond. Et si elle avait pu la noter, ça n’aurait pas été brillant. « Si la lettre avait été écrite par un collégien, je lui aurais donné un C, ou un C+ (l’équivalent d’un 12 ou 13 français, ndlr) », a expliqué l’enseignante, rapporte Vanity Fair. « Si elle avait été écrite par un lycéen, je lui aurais donné un D (un 11, ndlr) », a-t-elle précisé. Le fond aussi l’a dérangé : la lettre signée de la main de Donald Trump ne répondait même pas à sa demande mais se contentait de lister les mesures prises par les autorités suite à la sanglante fusillade.

http://www.europe1.fr/international

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.