Kankan : Un groupe de jeunes volontaires en action pour l’hygiène des personnes en défection mentale

Certes c’est une action surprenante, mais ce n’est pas la première fois que ces jeunes de Kankan, on les appelle plus communément les «Cosmosciens », volent au secours de ces nombreuses personnes vivantes avec des dépressions mentales, qui arpentent à longueurs de journée, les différentes ruelles de la ville de Kankan. Etant totalement ignoré par les autorités locales de la place, cette bande de jeunes volontaire prend le plus souvent l’initiative de les assainir et de les vêtir. Ce fut encore une fois le cas ce samedi 05 janvier 2019.

C’est après une véritable course aux sorcières, que ces jeunes volontaires ont reçu à regrouper la quasi-totalité des fous de la localité, avant de les diriger vers le bord du fleuve Milo dans le but de les faire prendre un bain. Tant mieux que mal, l’objectif a été atteint, mais l’opération s’est soldée par un blessé, Lancinè Kourouma, chef de bande.

« Ça fait longtemps que mes amis et moi nous faisons cela. Ce matin, pendant qu’on essayé de regrouper les fous, l’un d’entre eux, m’a blessé avec un couteau. Les autorités ne nous viennent pas en aide. C’est quelques rares personnes de bonne volonté qui nous procure du savon et des habits pour eux ». A-t-il précisé.

Cette opération qui s’opérait dans la ville que les vendredis, depuis plusieurs années, a été exceptionnellement, lancé ce samedi par les jeunes volontaires, pour déjouer la vigilance de leurs cibles.

«On sortait  tous les vendredi pour les attraper et les laver. Mais ils ont récemment compris le jeu. Alors pour les prendre de surprise, on a décidé de changer le jour d’opération. C’est pourquoi on s’est lancé ce samedi ». A-t-il ajouté.

Enfin d’opération, l’un des jeunes, Alpha Keita n’a pas manqué d’inviter les autorités à se   préoccuper eux aussi un temps soit peu, du sort des fous à Kankan.

« Après avoir lavé ces fous, nous les rasons aussi les cheveux de la tête. Nous voulons que les autorités à leur tour aussi trouvent un endroit pour les encadrer et prendre soin d’eux ». A-t-il sollicité.

A rappeler que cela fait de nombreuse année années que ces jeunes volontaires mènent cette activité sans aucun coup de main de la part des autorités ni de personnes de bonne volonté.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.