Kankan : Plusieurs lampadaires solaires vandalisés

Cinq lampadaires solaires sur la nationale Kankan-Siguiri, ont été vidés de leurs batteries par des individus non identifiés. L’opération a eu lieu dans la nuit du 1er novembre 2018, plus précisément dans le quartier Météo, entre le lycée Morifingdjan Diabaté et l’école primaire franco Arabe El basse 2. Après avoir saisi les autorités locales et les forces de sécurité, le chef de quartier s’est exprimé chez nous, ce samedi 04 février 2018.

Le grand banditisme prend de l’ampleur dans la commune urbaine de Kankan. Au jour d’aujourd’hui, même les biens de l’Etat ne sont plus épargnés. En témoigne le vol des dix batteries des lampadaires solaires servant d’éclairage public au quartier Météo, sur la nationale Kankan-Siguiri. Quelques jours après, le chef dudit quartier, El Hadj Moussa Condé revient sur son constat.

« Je suis venus constater que les batteries de cinq lampadaires ont bel et bien été emportés par des gens non encore identifiés.  Chaque lampadaire contenait deux batteries de 200 ampères ». A-t-il précisé.

Les conséquences de cet acte de vandalisme sont énormes. Selon lui, à la tombée du soir, Toute une artère se trouve désormais plongée dans l’obscurité.

« La conséquence est vraiment pénible. L’artère est totalement plongée dans l’obscurité. On pouvait la traverser sans même allumer les phares. Aujourd’hui les citoyens sont privés de ce luxe ». A-t-il regretté.

Sur ce, le responsable de quartier, assure avoir informé sa hiérarchie, les services de sécurité et sollicite aussi l’appui du public pour traquer les malfaiteurs.

« J’ai adressé un écrit au secrétaire général de la commune. La préfecture aussi a été saisie de la situation. Les autorités policières sont informées. On attend de savoir ce que va révéler les enquêtes. On sollicite aussi l’implication de la population, des médias pour qu’ensemble on puisse mettre mains sur ces malfrats ».

A noter que pas plus tard que la semaine dernière, une boutique au grand marché Diaka avait été aussi cambriolé.

Ibrahim Diallo, correspondant www.kababachir.com, à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.