Dernières infos

Kankan : En ce mois saint, la cité respire un bon coup de pudeur vestimentaire !

Kankan : En ce mois saint, la cité respire un bon coup de pudeur vestimentaire !

En cette période du  Ramadan, l’un des constats les plus marquants dans la commune urbaine de Kankan est le changement totale du comportement vestimentaire chez la presque totalité des jeunes de la localité.

Ce constat révèle que depuis le début de ce mois, nombreuse sont ces demoiselles à Kankan, qui ont troqué leurs traditionnels minis jupes, Collants et Body plaqué pour des habillements plus adéquats comme les voiles, les foulards ou des robes enveloppant tout leurs Corps.

Les jeunes garçons quant à eux, ils prennent désormais le soin de ne plus laisser trainer leurs pantalons sur les fesses et évitent d’exposer leurs abdomens en public  pour s’attirer la convoitise des filles.

Questionnés ce matin, sur les raisons de leurs changements vestimentaires, Hawa Kandas Condé et Mohamed Bangaoura, étudiants à l’université Julius Nyerere, respectivement vêtus de voile et de boubou Marocain, pensent communément  que c’est une question de culture et qu’il faut s’adapter à la société, car Kankan, est une ville foncièrement vouée à la croyance musulmane.

Tandis que ce changement s’apprécie bien de part et d’autres au sein de la population locale, la question de sa perduration, bien après ce mois saint de Ramadan reste posée.

Poursuivant, Hawa Kandas Condé, dit bien vouloir continuer avec son nouveau look vestimentaire même après ce mois de Ramadan si Dieu lui donnait la force d’y arriver.

Par contre, pour une autre, vêtu d’une robe de pagne et la tête couverte d’un foulard, sous couvert d’anonymat, elle affirme qu’il n’en sera pas du tout question.

«  Dès que le mois de ramadan, finira, moi je porterai mes pantalon et mes mèches. Car je ne m’interdit pas cela à tout prix. Je suis encore très jeune et je ne vais pas laisser le temps me voler cette jeunesse comme ça », marmotte-t-elle.

« A la rigueur, je n’arrêterai pas quand même de faire les cinq premières quotidiennes, en tant que croyante musulmane », termine-t-elle.

Rappelons que la majorité des jeunes à Kankan, attendent toujours impatiemment la fin de ce mois saint de Ramadan pour renouer avec les mauvaises habitudes.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan.

 

About The Author

Related posts