Dernières infos

Kankan : Lumière sur deux cas d’homicide enregistrés le mois d’août dernier dans la sous-préfecture de Koumban !

Kankan : Lumière sur deux cas d’homicide enregistrés le mois d’août dernier dans la sous-préfecture de Koumban !

A Kankan, Après deux cas distincts d’homicide commis en fin août dans la sous préfecture de Koumban située à 35 Km de la ville, la brigade de recherche de la gendarmerie locale vient de donner des informations précises concernant ces affaires.

Selon les explications du commandant de cette brigade, l’adjudant Barry Ibrahima 1, le 1er  cas s’est produit le 26 Août dernier dans le district de Folôn, avec la découverte dans une mare, du corps sans vie d’un jeune garçon de 4 ans dénommé Fodé Condé.

Après les différents examens, la brigade de recherche de la gendarmerie de Kankan a mis en détention  deux suspects se trouvant actuellement sur leur sellette.

Il s’agit de la sœur âgée de moins de dix ans dénommée Sona Condé et de la mère de la victime, Fadima Kaba.

Ces dernières auraient en complicité, découvert le corps du jeune garçon 24 heure plus tôt et l’aurait caché aux autorités.

Le second cas s’est produit dans le district de Maramoriah, où un présumé voleur d’igname dans un champ du nom de Sory Keita, aurait  frappé trois enfants qui l’auraient surpris dans sa forfaiture.

Des suites de leurs blessures deux enfants des noms d’Abou Condé et Lanciné Condé, ont trouvé la mort, l’un au centre de santé de la sous préfecture de Koumban et l’autre en cours de route pendant leur évacuation vers l’hôpital régional de Kankan.

Le 3ème grièvement blessé est en ce moment même entrain de subir des traitements aux services d’urgence de l’hôpital régional de Kankan.

Toujours selon les explications du commandant de la brigade de recherche de la gendarmerie locale, l’adjudant Barry Ibrahima 1, c’est grâce au témoignage de ce jeune du nom de Nouhan Condé que les enquêtes ont évolué, jusqu’à l’arrestation de présumé auteur, Sory Keita qui reconnait les faits et qui se défend d’être atteint d’une maladie mentale.

A préciser que ces types d’homicides notamment, les cas de noyades sont très récurrents dans cette localité.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan

 

A propos de l'auteur

Articles similaires