Dernières infos

Kankan : Le Karaté, une pratique sportive nécessaire qui tombe dans les oubliettes !

Kankan : Le Karaté, une pratique sportive nécessaire qui tombe dans les oubliettes !

Basé sur des techniques de percussions, utilisant l’ensemble des armes naturelles du corps humain (doigts, mains ouvertes et fermées), le karaté est aussi un sport pratiqué à Kankan, mais les pratiquants de cette discipline sont exposés à l’abandon total des autorités de tutelle.

Malgré ce manque notoire de la part des autorités sportives, de nombreux jeunes de la région de Kankan se donnent rendez-vous chaque soir pour pratiquer ce sport d’origine Japonaise.

Selon Jean Baptiste Koivogui, l’un des maitres pratiquants de ces arts martiaux à Kankan, depuis la fermeture de la maison des jeunes, il est devenu très difficile de trouver des locaux adéquats à la pratique de ce sport.

En dépit du confort et exposés à plusieurs risques de blessures, ils s’entrainent chaque soir, dans l’enceinte de la salle polyvalente du centre professionnel Hooch-Chi-Min de Kankan.

« Chaque soir on vient ici s’entrainer pour ne pas que la salle soit fermée. Ça nous permet aussi de rester en jambe et maintenir notre forme».

La passion et le courage sont donc entre autres les mots d’ordre qui animent le jeune  Mohamed Soumaré alias Karatéka qui vient aussi s’entrainer avec ses maitres. En ces termes, il dénonce l’absence ou le manque d’assistance de la part des autorités sportives du pays.

« Dans les autres pays de la sous-région, ce sport est très en vogue et soutenu par des politiques nationales sportives. Moi je ne comprends pas pourquoi jusque là dans notre pays on ne fait pratiquement rien pour la bonne marche de ce sport de combat ».

Quand au président de la ligue régionale du karaté de Kankan maitre ZEZE Koivogui assure malgré  rien recevoir comme matériels de la part des autorités.

« On fait tout de nous même ici. On a des problèmes de salles, d’équipements et de bien d’autres choses. On veut participer à des compétitions mais personne ne nous viens en aide ».

Pour Maitre Zézé Koivoguy, plus qu’un sport, et loin d’inculquer l’esprit de la violence, comme le penseraient certains, cette discipline sportive est une forme d’éducation.

« Quand vous pratiquez ce sport, on pense que vous vous préparez pour la violence, le karaté n’est plus dans ce cadre, le Karaté quitte la violence, le karaté entre dans l’éducation, l’éducation du corps.

Enfin, une politique sportive bien décentralisée de cette discipline de karaté mérite d’être mise à l’intérieure du pays selon certains observateurs croisés hors micro.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan

 

A propos de l'auteur

Articles similaires