Kankan : Il survie après avoir reçu 20 balles à la poitrine !

A Kankan, 20 balles de fusil tradition ont été retirées, le vendredi dernier du corps d’un homme d’une trentaine d’années, par les autorités du service hospitalier du camp de la troisième région militaire de Kankan. Depuis son petit champ d’anacarde situé, dans le district de Djirlan, sous-préfecture de Gbérédoutchièrô, préfecture de Kouroussa, la victime s’est accidentellement injecté ses vingt petites boulettes de balles.

Moussa Koïta, est un cultivateur âgé d’une trentaine d’années, dans la sous-préfecture de Djirlan. Il  a connu ce qu’on pourrait appeler, un vendredi noir. Par un coup du mauvais sort, l’homme affirme avoir prit sa cartouche de balle en pleine poitrine.

« C’est la volonté de Dieu. J’étais en brousse dans mon champ d’anacarde, entrain de récolter de la paille. Mon fusil était déposé juste au bas d’un arbre. Et c’est en déposant ma haie de paille en dessous de cet arbre, qu’accidentellement la gâchette s’est déclenchée et les balles se sont répandues sur moi ».

Actuellement sa vie est saine et sauve, et son état est stable, grâce à l’intervention des médecins du Centre d’Instruction et d’Infanterie de Kankan.Le major général, capitaine Konaté Sory explique.

« On a reçu cet homme dans nos locaux. Il était dans un état d’inconscience et il parlait n’importe comment. On a pu retirer de son corps suite à notre intervention, 20 balles de fusil de chasse. Et aujourd’hui, on dirait que tout va pour le mieux pour lui ».

A préciser qu’au moment où nous quittions les lieux, la victime arrivait à peine à se tenir debout et était en mesure de marcher.

Ibrahim Diallo, correspondant www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.