Quand la justice traine les pas face à la violation flagrante de la constitution par Malick SANKON

Le directeur général de la CNSS, caisse nationale de sécurité sociale au cours du rassemblement hebdomadaire du RPG en date a annoncé le recrutement d’environ 2500 jeunes pour assurer la sécurité de son institution et marcher sur toute personne qui se hasarderait dorénavant à y organiser des manifestations. Cette déclaration est en violation flagrante de la constitution dont l’article 143 dispose : «Nul ne doit organiser des formations militaires, paramilitaires ou des milices privées, ni entretenir un groupe armé ». Or les 2500 jeunes de Malick SANKON ne sont ni plus ni moins qu’une milice privée.

Le patron de la CNSS ne disposant d’aucune humilité aurait du être en train de répondre de cette déclaration si la justice guinéenne est impartiale comme elle le prétend. En tout cas, l’opinion a encore en mémoire la promptitude par laquelle elle avait agi quand Ousmane Gaoual DIALLO (par ailleurs député) a tenu des propos jugés attentatoires de la part de certains cadres du parti présidentiel.

Oumar Rafiou DIALLO, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.