Dernières infos

Quand les juristes se mêlent du débat lié au 3ème mandat

Quand les juristes se mêlent du débat lié au 3ème mandat

Comme vous savez la question de troisième mandat d’Alpha CONDE qui a refait surface continue à faire couler encre et salives. Chacun y va de son propre commentaire. Pendant que le principal intéressé, le chef de l’Etat en l’occurrence entretient encore le flou sur ses véritables intentions, de plus en plus de voix s’élèvent pour démontrer l’impossibilité pour lui de se maintenir au pouvoir au-delà de 2020. Et d’ailleurs, certains disent ne pas comprendre cette attitude du président CONDE. C’est le cas de Maître Thierno Souleymane BALDE, avocat à la cour : « On peut bien avoir des soucis par rapport à son manque de clarté sur la question » a-t-il souligné.

Toutefois, l’avocat rappelle que la loi fondamentale est suffisamment verrouillée :  « Mais la constitution guinéenne interdit la modification d’un certain nombre de dispositions dont la forme républicaine de l’Etat, le principe de la laïcité, le principe de l’unicité de l’Etat de séparation et de l’équilibre des pouvoirs le pluralisme politique et syndical et le nombre ainsi que la drée des mandats du président de la République. Lors que la constitution est assez claire comme c’est le cas actuellement, il assez difficile d’imaginer que le président de la République ne puisse pas dire tout simplement qu’il a prêté serment sur la base de l’article 35 de la constitution et qu’il va respecter ce serment prêté devant le peuple de Guinée ».

Faut-il souligné qu’à chaque fois que la question est posée au président CONDE sur le 3ème mandat, il fait semblant de s’en prendre aux journalistes qui l’interviewent en éludant le point d’interrogation.

Oumar Rafiou DIALLO, Kababachir.com

A propos de l'auteur

Articles similaires