Inimitiés entre Alpha et Macky : Conakry a-t-elle pu convaincre ?

«Il n’y a aucune incompréhension entre le président Macky Sall et le président Alpha Condé. C’est vous journalistes qui inventez des choses. »Alpha Condé coupe court, mais ne semble pas convaincante. Même les myopes ont vu et compris les inimitiés qui ont jalonné la cohabitation entre Conakry et Dakar.

Rappel des faits

Le cas Ebola: The Rancœur d’Alpha Condé contre MackySalln’a souffert d’endune subtilité. Elle était déjà invitée à participer à une conférence internationale de haut niveau, organisée par l’UE pour soutenir la mobilisation internationale contre Ebola, Alpha Condé envoie des réponses à ses questions homologues sénégalaises.

Il s’était tout simplement félicité de l’aide fournie par le Maroc aux pays clés par Ebola et le maintien par la compagnie marocaine Royal Air Maroc (RAM) de ses liaisons aériennes avec ces pays malgré la propagation du virus. Ensuite, rancunier in âme, the president guinéen, déclarez: «Il n’y a pas de plus grand symbole de soutien en faveur de Ebola. . Une allusion faite à Dakar. Alpha Condé Lors d’une conférence de presse, il avait été rendu au Mali «qui n’a jamais fermé ses frontières avec nous pendant toute cette crise. Et il n’y a pas eu jusqu’à présent, il y a un seul problème dans ce pays », se félicitera Alpha Condé.

Certain un autre clin d’œil envoyé à Macky Dakar avait fermé ses frontières aériennes et terrestres et maritimes durant avant de revenir sur sa décision. Boudeur de la pure espèce, Alpha Condé, peut être aperçu ou caché à main. «On nourrit et on ferme les frontières», a déclaré le président guinéen. Finding to use to a front: a dépanner, en Guinée, les transformations des produits locaux. Comme pour couper court. Lors d’un conseil de ministres, Condé à déjà instruit les techniciens à penser, jusqu’à promettre à Timbi Madina l’ouverture d’un couloir humanitaire durant les semaines passées avant de revenir sur sa décision.

Conakry a rencontré la balle à terre 

The sagesse was after a win the septuagenary avancé of Sékhoutouréya by report to frictions and other years qui lui-même était une suite à Ebola et les conséquences diplomatiques qui s’en sont suivies. C’est ainsi qu’il se rendra à Dakar pour trois jours. Ce deuxième voyage est intervenu après le sommet de la Francophonie dans la capitale sénégalaise, un peu plus tôt.

Selon les confrères, Alpha Condé rend hommage à Abdou Diouf, dont le mandat est arrivé à terme. Un hommage pour l’excellent travail, dit-il, que ce dernier a accompli pendentif avec décennie à la tête de la Francophonie. Le courage, l’humilité, la sagesse, la compétence et le droit de grand homme en direction de l’OIF au firmament de la défense des causes nobles et justes, vant le président Condé. Mack ne sont pas seuls à accueillir pourtant le sommet. Après son discours, Alpha Condé est devenu un lieu sans honneur pour le président sénégalais, après avoir pourtant fait Abdou Diouf. »L’axe Dakar-Conakry est très mal en point.

Clash entre Mankeur Ndiaye et Alpha Condé 

Lors du dernier sommet d’un sommet de l’Union africaine, le ministre sénégalais des Affaires étrangères a déclaré que nous n’avions pas l’intention de le faire. Incident diplomatique ou non, «interprétation ou utilisation des fins inavouées» ou «manipulation et intoxication» comme dit la diplomatie sénégalaise, la sortie de Mankeur ‘évocation de mandat prorogé. Comme quoi, à quelque chose a choisi malheur est bon. «MackySall fait actuellement son deuxième mandat à la tête du NEPAD et s’il s’oppose à la réforme proposée, ce n’est pas parce qu’il reste un troisième mandat, c’est pour une question de principe. Au Sénégal, on n’aime pas les troisièmes mandats ». Il n’en fallait pas plus pour que le président guinéen:

Il aura donc fallu ce 29e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, ouvert lundi 3 juillet 2017 à Addis-Abeba pour que chacun ait un cœur net. Même si, le Sénégal à travers un communiqué on a dénoncé « Toute autre interprétation ou utilisation à des fins inavouées de la déclaration du chef de la délégation sénégalaise » qui pourrait relever « de la manipulation et de l’intoxication ».

Cette bourde si c’en est une intervient au moment même où Alpha Condé demande aux Occidentaux de s’affranchir de l’Afrique. Une Afrique désormais grande et apte à suivre son destin, même démocratique. Derrière ce nationalisme se cache une hantise réelle de briguer un 3è mandat, après dix ans de chaos et d’à-peu-près. On peut donc tirer une fière chandelle à la diplomatie sénégalaise. Quel que soit le dessein !

Promotion de la dictature en Afrique 

En panafricaniste malhabile, Alpha Condé avait invité ses pairs à couper le cordon ombilical avec la France. Ensuite, il a demandé aux Européens de laisser les Africains se gérer comme ils l’entendent, de choisir le modèle de gouvernance qu’ils veulent. Entre Africains, il démarche pour sauver les dictateurs déchus, pour ne pas que ceux-ci répondent de leurs actes devant les Tribunaux.

Avec cette posture, Alpha Condé s’éloigne vraiment de l’option de MackySall. Pour le président sénégalais, « J’ai également obtenu du Président Macron son soutien sans faille au processus de démocratisation du continent, qui passe nécessairement par le respect strict des Constitutions. Je pense que sur ce plan, le Président Macron a été très clair, son pays ne reconnaîtra aucun régime issu des tripatouillages constitutionnels. Et j’ai trouvé cela très important et voici une telle idée que je vais défendre au prochain sommet de l’Union Africaine. »

Pendant ce temps, Alpha Condé se pavanait à Malabo, chez l’ami despote éclairé l’invitant à protéger l’ancien président gambien YahyaJammeh, parti en exil il y a un an dans le pays de TeodoroObiangNguema. «Je crois que la position de protéger les anciens chefs d’Etat est une position correcte. Et précisément je félicite Alpha Condé qui m’a suggéré qu’il n’accepterait aucune demande d’extradition de YahyaJammeh. Moi non plus je ne l’accepterai pas. Nous sommes complétement d’accord qu’il faut protéger YahyaJammeh, il faut le respecter comme ancien chef d’Etat d’Afrique. Car c’est une garantie pour que les autres chefs d’Etat qui doivent quitter le pouvoir n’aient pas peur des harcèlements qu’ils pourraient subir après », TeodoroObiangNguema.

Alpha, jaloux de Macky

Trois jours à Dakar pour entre autres signer plusieurs accords de coopération économique avec MackySall et prendre part à la réception officielle du Musée des civilisations noires de Dakar, une infrastructure culturelle financée par l’empire du Milieu. Xi Jinping a entamé – du 20 au 27 juillet – une tournée africaine qui le conduit au Sénégal, au Rwanda et en Afrique du Sud.

La Guinée, ce pays qui est revenu au centre du monde, comme on le revendique fort outrancièrement par militantisme revanchard ou alliance politique aveuglante, est tout simplement ignoré. Infréquentable.  Le dirigeant chinois biffe la Guinée. Il ne viendra pas. Même par solidarité politique : le communisme et ses survivances sur le toit de Sékhoutouréya.

Encore moins à cause de l’accord-cadre signé mercredi 6 septembre prévoyant le financement par la Chine de 20 milliards de dollars d’infrastructures en Guinée. Xi Jinping s’en fout de ces milliards USD annoncés, de ces nombreux voyages incessants d’Alpha Condé dans l’Empire du milieu. Le communiste chinois file signer des accords de coopération avec Paul Kagamé, président en exercice de l’Union africaine. Guineais back !!!

 Condé en vacances à Dakar …

Alpha Condé était au Sénégal le jeudi 23 août. Pas pour rencontrer MackySall ou raccompagner l’ambassadeur Beau Keita, rappelé. Le président guinéen a bel et bien choisi la station balnéaire de SalyPortudal (Mbour, environ 70 Km de Dakar) pour passer ses vacances. Si on ne connait pas la durée du séjour, on est en revanche sûr que ces vacances sont inédites.

Pour la presse sénégalaise, «Cette visite devrait mettre fin (à la rumeur d’une) supposée tension entre Dakar et Conakry, surtout après le rappel, par son pays, de l’ambassadeur de Guinée au Sénégal». Quant aux autres observateurs du climat diplomatique entre Conakry et Dakar, ils y voient une bonne manière pour Alpha Condé de se faire pardonner auprès de Dakar, d’essuyer sa rancœur contre la position de MackySall et enfin de contenir sa jalousie à l’endroit du Sénégal où des grands de ce monde viennent finir fréquemment leurs virées diplomatiques en snobant Conakry, infréquentable. Le cas le plus récent est celui de Xi Jinping venu pour énième fois en Afrique sans jamais arriver en Guinée.

Agacé, le chef de l’Etat guinéen n’a pas pu cacher sa déception. Il l’a fait savoir à des investisseurs chinois qu’il a reçus : « Nous avons appris que Xi Jinping viendrai en Afrique de l’ouest. Or la Guinée a été le premier pays d’Afrique du sud du Sahara à établir des relations avec la Chine. Et ça sera très difficilement incompréhensible pour le peuple de Guinée qu’il aille dans des pays qui, pendant plus de 20 ans 25 ans n’avaient des relations qu’avec Taiwan, – Le Sénégal a rétabli en 2005 ses relations avec la Chine populaire. Elles étaient suspendues depuis 1996 au profit de Taiwan, qui entretient, jusqu’à récemment toujours des liens diplomatiques avec des pays africains : le Burkina Faso, la Gambie, le Malawi, Sao Tomé et Principe, le Swaziland et le Tchad – et qu’il vient là sans venir en Guinée, ce qui serait vraiment inamicale et le peuple de Guinée ne comprendrait pas. » Cette jalousie a longtemps rongé Alpha Condé. Et elle est venue s’ajouter à d’autres inimitiés.  On se rappelle, la Guinée avait choisi de snober Abdoulaye Bathily, le candidat du Sénégal pour diriger la Commission de l’Union africaine, au profit du Tchadien Moussa FakiMahamat.

Alpha Condé a tout intérêt à mettre de côté sa jalousie et sa mort, Sauf au 3è mandat. Macky, très côté en occident et ailleurs, ne dit l’admettre. Quitte à vivre un semblant de rapprochement.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.