Immigration : Ouverture d’un atelier de 46 leaders locaux des préfectures de Boké et Koundara 

L’Organisation Internationale des Migrations (OIM), grâce au fonds fiduciaire de l’Union Européenne (UE), a organisé mardi, 28 novembre 2017, un atelier de renforcement de capacités de 46 leaders locaux des préfectures de Boké et Koundara sur ‘’les concepts clés de la migration irrégulière, les critères d’une migration normale et ses avantages, les dangers d’une migration clandestine ainsi que les possibilités d’entreprenariat local.

L’objectif est de contribuer à la lutte contre l’immigration clandestine, au renforcement de la Gouvernance des migrations et à la réintégration durable des migrants guinéens, à travers l’appui à la réintégration de 2000 guinéens rapatriés, la sensibilisation de 250 communautés, des 10 structures gouvernementales, des ONG locales actives, des médias locaux, agents de protection civile, du secteur privé et de la diaspora.

Une manière de mettre en place des données fiables sur la Migration en Guinée, à travers l’implication des acteurs locaux dans la sensibilisation des communautés d’origine, l’appropriation des mécanismes de réintégration par les participants en vue de favoriser une bonne information sur la migration et sur le projet FFUE et OIM.

Dans son allocution, l’Assistante terrain OIM-Boké, Hawa Lama Rachelle, a fait savoir que l’immigration clandestine qui déchire la jeunesse africaine, n’est pas la seule voie pour réussir sa vie.

C’est pourquoi, elle a invité les médias, les pères et mères de familles, leaders des confessions religieuses à s’investir pleinement pour amortir le fléau dans l’intérêt des jeunes africains en général et ceux de la Guinée en particulier.

Au nom des autorités locales, le Secrétaire général de la Commune Urbaine (CU) de Boké, El Hadj Nouhan Kaba  s’est réjoui de la tenue de l’atelier avant d’interpeller les autorités et les chefs de familles à tous les niveaux à la réinsertion des migrants rapatriés et leur initiation à l’entreprenariat local.

Il a, par ailleurs, invité les amoureux de l’aventure incertaine à la retenue et l’esprit d’entreprenariat en lieu et place de l’immigration clandestine.

Enfin, le général de la Commune a demandé aux participants de procéder à une meilleure restitution des enseignements tirés de la rencontre aux jeunes de leurs localités respectives. Ce, pour sauver la vie à des milliers de jeunes qui meurent en Méditerranée ou sur le Sahara.

A noter que la Région de Boké est la plus touchée par l’immigration clandestine selon l’OIM qui intervient dans le cadre de l’assistance du Gouvernement guinéen dans son système migratoire pour la réintégration des migrants venus de la Libye et d’autres pays.

Mamadouba Camara, correspondant www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.